Lors de l’examen de José, 51 ans, nous remarquons des déformations de la pulpe des doigts d’une de ses mains. Ce dernier nous explique que, pour gagner sa vie, il joue de la guitare dans les lieux publics.
La pratique de la guitare est responsable de nombreuses atteintes cutanées.
La plus fréquente : l’hyperkératose due aux traumatismes répétés, surtout au niveau de la pulpe des doigts. Réaction de protection du tissu cutané vis-à-vis des agressions itératives, elle est précédée par des érosions ou des phlyctènes (surtout au niveau des doigts longs). En prévention, il est conseillé d’appliquer des crèmes hydratantes.
Des onychoses traumatiques sont également décrites : dystrophie lamellaire (dédoublement de l’ongle ou onychorrhexie) ou leuconychie (taches blanches à la surface de la tablette).
Des réactions allergiques sont possibles lors du contact avec certains bois (palissandre, ébène, thuya…) ou vernis de l’instrument.
Enfin, fissures et ulcérations douloureuses peuvent conduire à la pénétration de germes commensaux de la peau : il est important d’insister sur le lavage régulier des mains des musiciens.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR