Incidence en progression depuis 20 ans, avec près de 60 000 nouveaux cas par an en France, dont 7 500 mélanomes.
Le dépistage repose sur l’examen régulier de l’ensemble de la peau par le dermatologue.
Il doit être ciblé sur les populations à risque (recommandations HAS pour le diagnostic précoce du mélanome, octobre 2006).
Mélanome et carcinomes (basocellulaires/ épidermoïdes) n’ont pas exactement les mêmes facteurs de risque.

Mélanome

Nombre élevé de nævus et présence de lésions atypiques (facteur indépendant),1 chez les sujets caucasiens :
– risque faible si < 10 nævus sur tout le corps ;
– modéré si > 50 nævus ;
– élevé si nombreux nævus + lésions atypiques (nævus de taille > 5 mm, de couleur rosée ou brune, parfois asymétriques...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR