Marcel, 89 ans, est adressé par un confrère pour une lésion du cuir chevelu évoluant depuis de nombreux mois. Située au centre du crâne, une bordure très épaisse délimite une dépression centrale, à la manière d’un cratère (figure).
C’est le 2e cancer cutané le plus fréquent (20 % de la totalité des tumeurs de la peau).
Son évolution locorégionale et à distance peut menacer le pronostic vital : métastases responsables d’une mortalité comprise entre 2 et 3 %.
Facteurs de risque : exposition solaire cumulée, contact avec les hydrocarbures, radiothérapie, infections à HPV et kératose actinique (lésion précancéreuse ; transformation maligne dans près de 10 % des cas).
Cliniquement, plusieurs tableaux sont décrits : lésion érythémateuse émaillée de squames adhérents ; nodule au centre croûteux, nécrotique après ablation ; tumeur bourgeonnante, corne cutanée.
Le diagnostic est confirmé par l’anatomopathologie : kératinocytes malins de l’épiderme et du derme. Un bilan d’extension (échographie des ganglions) est nécessaire pour les formes invasives.
Le traitement est chirurgical : exérèse avec des marges de sécurité variant de 5 à 10 mm selon le stade. En cas de contre-indication : radiothérapie photothérapie dynamique ou 5 FU (formes localisées).
Pour en savoir plus
Guyot A, Maubec E. Carcinome épidermoïde cutané : mise au point. Rev Prat Med Gen 2017;31:364-5.