La tradition des clowns dans les hôpitaux pédiatriques, qui remonte au moins au début du XXe siècle, a été rendue particulièrement célèbre par le médecin américain Patch Adams dans les années 1970 – et par le film biographique éponyme datant de 1998. Mais que disent les données au sujet de la présence de ces clowns sur les symptômes des enfants (anxiété, stress pré-opératoire…) ? Une revue de littérature récemment publiée dans le BMJ a tenté de répondre à cette question…

 

Les chercheurs ont analysé 24 études (13 randomisées et 11 non randomisées) comprenant les données de plus de 1 600 enfants et adolescents hospitalisés pour des affections aiguës et chroniques. Menées dans divers pays (Brésil, Colombie,...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR