Une exposition intense aux UV pouvant provoquer des pathologies oculaires à court et long termes, les lunettes de soleil font partie des mesures indispensables pour s’en protéger. Mais encore faut-il choisir celles capables de filtrer les bons rayons. Hors pathologie oculaire particulière, comment conseiller les patients ? Quelles particularités à connaître chez l’enfant ?

 

UVA, B ou C ?

Émis par le soleil ou par une source artificielle, le domaine spectral du rayonnement électromagnétique ultraviolet (UV) s’étend de 100 à 400 nm, dans la gamme des rayonnements optiques invisibles pour l’œil humain.1

Plus la longueur d’onde des ultraviolets est courte, plus leur énergie est importante mais moins ils sont pénétrants.2 Les UVC, de courte longueur d’onde, sont les plus nocifs car les plus énergétiques ; cependant, ils sont presque complètement filtrés par la couche d’ozone de l’atmosphère.La plupart des UVB solaires, dont la longueur d’onde est moyenne, sont filtrés par l’atmosphère. Ils sont plus puissants que les UVA. Leur quantité varie selon les saisons, l’heure (maximale entre 11 h et 14 h, en heure solaire) et l’altitude. Ils ne traversent pas les vitres.

Les UVA, dont la longueur d’onde est supérieure, représentent près de 95 % du rayonnement UV qui atteint la surface terrestre. Ils traversent le verre des vitres.4

L’exposition aux UV dépend de nombreux paramètres

L’exposition solaire est liée non seulement aux rayonnements directs du soleil mais aussi aux rayonnements diffusés par le ciel (nuages), le sol, les surfaces.2

La distance parcourue dans l’atmosphère par les rayonnements solaires, avant d’atteindre le sol, détermine leur degré d’absorption. Ainsi, l’intensité des UV est plus forte près de l’équateur et augmente de 10 à 12 % par intervalle de 1 000 m, en altitude.

La réflexion par les surfaces augmente elle aussi la quantité d’UV reçus, ce dont il faut tenir compte en termes de prévention. À titre d’exemples, l’herbe réfléchit moins de 10 % du rayonnement UV incident, le sable en réfléchit environ 15 % et l’écume de la mer environ 25 %. La neige fraîche double presque (80 %) le niveau d’exposition, du fait de la réverbération.

Enfin, il ne faut pas négliger l’exposition aux UV par temps couvert ou venteux. En effet, même en l’absence de sensation de chaleur (liée aux rayonnements infrarouges), l’exposition aux UV peut être très importante…

UV : des effets oculaires à court ou plus long termes…

Sur le plan oculaire, et selon les conditions d’exposition, les UV peuvent induire, à court terme, des photokératites, avec ou sans conjonctivite (« ophtalmie des neiges », « coup d’arc » après soudage à l’arc électrique sans protection adaptée) et contribuer à la formation de certaines cataractes, à plus long terme, le cristallin ayant la capacité d’absorber les UV.5

Ils constituent aussi le principal facteur de risque des ptérygions. Ces lésions bénignes de la conjonctive sont des néoformations fibro-vasculaires, qui évoluent de façon centrifuge vers l’apex cornéen, et dont la prévalence varie selon les régions du monde.6,7

Les UV semblent également accélérer l’évolution de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), notamment chez les personnes aux yeux clairs. L’exposition intense à la lumière du jour, par exemple lors d’une vie professionnelle en extérieur dans une région très ensoleillée, augmente le risque de DMLA.8

Cinq catégories de lunettes

Ainsi, en de multiples – si ce n’est toutes – circonstances, le port de verres filtrants est recommandé. En hiver comme en été, en ville comme à la plage ou à la montagne, porter des lunettes solaires adaptées et un chapeau contribuent à protéger les yeux du soleil.8,9

Cette prévention repose sur le port de lunettes enveloppantes à verres larges et à forte absorption des UV pendant toute la durée de l’exposition, y compris par temps nuageux. Les mêmes précautions doivent être prises lorsque le risque de réverbération est élevé.10

Le marquage « CE » exige des verres UV 400, qui filtrent 100 % des UV, donc toutes les longueurs d’onde inférieures à 400 nm. Il témoigne de la fiabilité des lunettes qui doivent être accompagnées d’une notice d’information détaillée, en français (caractéristiques, performances, entretien). Celle-ci doit notamment mentionner le pouvoir filtrant (classe de protection) des verres et, s’il s’agit de la classe de protection la plus élevé, préciser : « Non adaptée pour la conduite automobile et les usagers de la route ». L’indication de la classe de protection, correspondant à la capacité de filtration des rayons solaires, doit accompagner chaque spécimen de lunettes.

Selon la norme NF EN ISO 12312-1 2013, il existe cinq catégories de lunettes de soleil pour usage général, selon un pourcentage croissant de lumière filtrée (chacune représentée par un pictogramme spécifique, figure) :

– la catégorie 0 (CE0) ne protège pas des UV ;

– les catégories 1 (CE1) et 2 (CE2) sont respectivement conçues pour des luminosités solaires atténuées et moyennes ;

– les catégories 3 (CE3) ou 4 (CE4) sont adaptées aux luminosités solaires fortes à exceptionnelles (mer, montagne) ; la catégorie 4 est utilisée pour la haute montagne et n’est pas, on le rappelle, adaptée à la conduite automobile (voiture barrée en pictogramme).

En pratique, des lunettes de catégorie 3 sont adaptées à la plupart des situations.

Figure

Que conseiller aux patients et aux parents ?

– Lors d’une séance de bronzage UV, le port de lunettes de protection spécifiques est obligatoire.

– Verres sombres n’est pas synonyme de protection contre les UV ! Ils protègent de l’éblouissement mais pas nécessairement de ces rayonnements, d’autant que la mydriase relative induite par l’assombrissement qu’ils procurent augmente, de fait, la quantité d’UV susceptible d’entrer dans l’œil. Inversement, des verres transparents, notamment les verres correcteurs ayant un traitement spécifique, peuvent filtrer 100 % des UV solaires. Associer les deux caractéristiques allie sécurité et confort.

– De la même façon, des lunettes fantaisie pour enfant, en plastique teinté, peuvent ne pas être protectrices !11,12

– Chez l’enfant, comme chez l’adulte, la protection solaire des yeux impose l’utilisation de lunettes de soleil en cas de forte luminosité, avec filtre UV (ce qui est le cas de l’immense majorité des équipements).

– Outre les UV, les courtes longueurs d’onde de la partie visible de la lumière naturelle (radiations bleues) sont plus éblouissantes et photo-toxiques. Le cristallin de l’enfant, très transparent, ne joue son rôle de filtre qu’à partir de 10 ou 12 ans. L’abus de lumière peut s’avérer nocif, notamment pour la rétine ; une protection solaire est indispensable. Des verres de teinte brune, grise ou verte sont préconisés, de catégorie 3 voire 4 (cf. ci-dessus).13

– Les recommandations qui régissent le choix des lunettes de soleil ne dispensent bien sûr pas des autres principes de protection solaire notamment de la peau…

Véronique Barbat, La Revue du Praticien

Figures et tableaux
Références

(1) Bronzage et effets sanitaires liés aux rayonnements ultraviolets. Ministère des solidarités et de la santé 18 juin 2018.  (2) Rayonnement solaire. Inrs 17 avril 2015.  (3) Ultraviolet (UV). Larousse.  (4) Rayonnement ultraviolet. OMS 9 mars 2016.  (5) Santé publique France. Expositions aux ultraviolets naturels et artificiels : données du baromètre cancer 2015. 20 mai 2019.  (6) Sarda V, Gheck L, Chaine G. Ptérygions. EMC Ophtalmologie, septembre 2009.  (7) Opération du ptérygion. Société française d’ophtalmologie, novembre 2009.  (8) Les causes et la prévention de la DMLA. Vidal, 23 mars 2020.  (9) Santé publique France. Les risques de l’été : quelques précautions à prendre. 23 juillet 2020.  (10) Santé publique France. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2021 (à l’attention des professionnels de santé). BEH Hors-série, 1 juin 2021.  (11) Lunettes de soleil : comment choisir la bonne protection ? DG CCRF 9 juillet 2021.  (12)  Se protéger du soleil. Ameli 4 mars 2020.  (13) Denis D, Bui Quoc E, Aziz-Alessi A. Ophtalmologie pédiatrique. Société française d’ophtalmologie, Elsevier, 2015.

 

(Image : Adobe Stock)