Aussi appelées NPS (nouveaux produits de synthèse ou new psychoactive substances) ce sont des molécules partiellement modifiées sur le plan chimique ; 1 004 NPS actuellement signalés à l’Office des Nations unies contre les drogues et le crime (ONUDC).1
Elles miment une drogue ou un médicament psychoactif en contournant initialement la législation (legal highs ou euphorisants légaux) : en France, la majorité des NPS a été classée au tableau des stupéfiants.
Huit grandes familles (tableau) :cannabinoïdes de synthèse, phénéthylamines (dont cathinones de synthèse), pipérazines, tryptamines, opioïdes de synthèse, benzodiazépines (BZD) de synthèse ou research chemicals BZD (RC-BZD), arylcyclohexylamines (méthoxétamine, famille de la kétamine et PCP) et arylalkylamines (6-APB).
Risque des drogues usuelles + risque spécifique des NPS : manque de connaissances pharmacologiques et toxicologiques, public jeune et parfois naïf de produit, polyconsommation importante, pureté...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR