Hormis les regrets et les tatouages esthétiquement « ratés » ou ne correspondant pas aux attentes du client, le tatouage n’est pas une procédure dénuée de risque. Si certains désagréments au décours de l’acte sont passagers, l’apparition d’une lésion chronique justifie une biopsie.
Le tatouage est défini par l’introduction de pigments ou de colorants exogènes dans le derme afin d’obtenir un dessin permanent de la peau. Le ­maquillage permanent (sourcils, cils, contours des lèvres) est une forme de tatouage.
La fréquence des complications ­cutanées sur tatouage est mal connue car les patients ne consultent habituellement pas pour des symptômes mineurs comme des démangeaisons ou des gonflements transitoires. Les patients consultent volontiers pour une réaction sévère, invalidante (prurit, douleur…), persistante ou en cas d’aggravation des symptômes ou de cicatrisation anormale. Avec l’augmentation de la prévalence du tatouage dans la population générale (17 % actuellement en France),1 on peut s’attendre à une augmentation du nombre de consultations pour ce motif. Par ailleurs, les patients peuvent demander à leur médecin traitant ou spécialiste leur avis avant un tatouage.
De nombreuses tentatives de clas­sification des complications sur ­tatouage ont été proposées depuis 1949. Elles sont toutes imparfaites. On peut classer les complications cutanées soit selon leurs délais de survenue après le tatouage (immédiates après la séance, aiguës après cicatrisation, retardées à distance de la cicatrisation), soit de façon plus pragmatique selon leur type (retard de cicatrisation, infections, hypersensibilité-allergie, tumeurs bénignes et malignes, dermatoses chroniques sur tatouage...).

Rappels sur la cicatrisation et les soins post-tatouage

Les conseils de cicatrisation peu­vent varier d’un tatoueur à l’autre selon ses habitudes et son expérience, mais la trame de base reste la même. Une fois la séance de tatouage achevée, la zone est nettoyée et désinfectée. Une couche de vaseline est appliquée et un film de type Suprasorb ou Tegaderm ou un simple film alimentaire est appliqué et reste en place pendant un ou plusieurs jours. Les soins consistent ensuite habituellement en un lavage à l’eau claire et au savon deux fois par jour associé à l’application répétée d’une couche épaisse de pommade, le plus souvent à base de dexpanthénol. Quelques conseils sont également prodigués : éviter les traumatismes et les frottements, le contact avec l’eau chlorée ou ­salée, l’exposition solaire en phase de cicatrisation. Le délai de cicatrisation d’un tatouage est habituel­lement de 2 à 3 semaines. Une norme européenne de standardisation de soins d’hygiène et de cicatrisation post-tatouage à laquelle la France a participé avec l’Association française de normalisation (AFNOR) vient d’être publiée (NF EN 17169 janvier 2020).2

Distinguer désagréments et complications

Certains symptômes sont inévita­bles au décours d’un tatouage. Il s’agit plus d’une évolution naturelle, et s’ils deviennent gênants on peut parler de désagréments (complaints des Anglo-Saxons) mais pas de ­complications per se.
Le tatouage est le siège immédiat d’une réaction inflammatoire quasi constante, d’intensité variable, qui dure quelques heures à quelques jours, avec douleur ou sensibilité ­locale, augmentation de la chaleur locale et induration des traits. Un œdème blanc de déclivité sans signe infectieux est possible (œdème du pied si tatouage du dos du pied, de la cheville si tatouage du mollet, etc.). Ces réactions sont observées ­par­ticulièrement en cas de séances intenses et prolongées. Elles sont ­résolutives spontanément et ne doivent pas inciter à débuter une ­antibiothérapie. Les saignements sont habituellement légers et tran­sitoires, et les hématomes sont rares et de découverte fortuite. Rarement, des adénopathies régionales transitoires sont palpées au site de drainage. Le patient peut parfois consulter pour un excès...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR