Le 6 avril, le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV) avait alerté sur des manifestations cutanées possiblement associées à une infection par le SARS-CoV-2. Cela a conduit la Société française de dermatologie (SFD) à lancer l’enquête Covidskin, dont les premiers résultats ont été présentés le 16 avril.

 

La SFD fait un premier point d’étape à partir de 113 cas rapportés par dermatologues et généralistes dans le cadre de l’enquête Covidskin. 

Lésions à type d’engelures

Bien que ces manifestations soient inhabituellement fréquentes en cette saison, les résultats n’ont pas permis, à ce stade, d’affirmer avec certitude qu’elles sont liées à une infection par le SARS-CoV-2, même si une infection antérieure ne peut pas être exclue. Quoi qu’il en soit, les données n’ont montré aucun argument en faveur d’une contagiosité potentielle de ces patients.

Parmi les cas analysés, le groupe le plus important était, en effet, celui des patients ayant des lésions à type d’engelures (84 personnes sur 113) ; 45 d’entre eux avaient eu au préalable des signes respiratoires sans gravité, n’ayant entraîné aucune hospitalisation (asthénie et/ou toux le plus souvent, fièvre, myalgies). Des tests PCR ont été réalisés sur 32 de ces patients, dont les résultats – disponibles à ce jour pour 18 – sont tous négatifs. Les résultats d’autres examens (biopsie cutanée, exploration immunologique et bilan sérologique complémentaire hors Covid) seront présentés dans un prochain point. Par ailleurs, il a été proposé de réaliser une sérologie Covid pour ces patients, une fois que les tests seront disponibles et validés.

Autres manifestations hétérogènes

Dans ce groupe, minoritaire, les lésions les plus fréquentes étaient des éruptions érythémateuses du visage, mais il y avait aussi des urticaires, exanthèmes maculopapuleux, œdèmes du dos des mains, érythèmes noueux, livédos ou tableaux de type pityriasis rosé de Gibert, survenant aussi bien sans contexte associé qu’avec des signes infectieux, voire chez des patients hospitalisés pour un Covid et 8 pneumopathies. Des PCR ont été effectués chez 16 personnes, positifs dans 6 cas avec des signes infectieux généraux au premier plan et où l’atteinte cutanée n’était pas révélatrice.

Sous réserve des résultats en cours, les signes associés à une PCR positive (infection Covid déjà connue ou suspectée) sont donc surtout les érythèmes du visage ou les livédos

Laura Martin Agudelo, La Revue du Praticien

Covid-19 et lésions cutanées. Point d’étape de l’enquête Covidskin de la Société française de dermatologie (communiqué), 16 avril 2020.

Figures et tableaux
Références
Crédit image : Pierre Frances.