De plus en plus d’études montrent que des séquelles persistent longtemps après l’infection par le SARS-CoV-2. Comprendre leur physiopathologie est essentiel, afin de mieux les traiter ou les prévenir. Plusieurs équipes de recherche évoquent actuellement un possible mécanisme auto-immun. Explications…

 

Bien que la notion de « Covid long » ne soit pas encore formellement définie, une partie des patients infectés par le SARS-CoV-2 ont des séquelles pendant plusieurs mois, soit organiques (pulmonaires, mais aussi cardiaques et rénales), soit des symptômes comme la fatigue chronique malgré un examen clinique normal.

Selon une étude récente chinoise sur 1 733 patients, publiée dans The Lancet, 6 mois après le début de la maladie, plus de 75 % des personnes hospitalisées pour Covid-19 à Wuhan entre janvier et mai 2020 ont déclaré avoir encore au moins un symptôme. La fatigue ou la faiblesse musculaire (63 %), les troubles du sommeil (26 %),...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Figures et tableaux