L’articulation de la hanche est la deuxième plus grande articulation portante du corps après le genou. Elle est fréquemment le siège d’arthrose, mais au moins deux fois moins souvent que le genou.1 Dans l’arthrose de la hanche (ou coxarthrose), bien que le cartilage articulaire soit principalement touché, il faut comprendre que toute l’articulation est également affectée. Le processus d’arthrose implique une perte progressive de cartilage articulaire, l’apparition de kystes sous-chondraux, la formation d’ostéophytes, la survenue d’une laxité ligamentaire périarticulaire, d’une faiblesse musculaire et éventuellement d’une inflammation synoviale.1 En tant que telle, l’arthrose peut avoir un effet profond sur les activités de la vie quotidienne et entraîner une invalidité et une dépendance importantes à la marche et lors de la pratique des escaliers.
L’arthrose peut être globalement classée en deux types : primitive et secondaire (tableau 1). En cas d’arthrose primitive, la maladie est d’origine idiopathique (aucune cause connue) et touche généralement plusieurs articulations de sujets relativement âgés. L’arthrose secondaire est généralement une affection mono-articulaire et se développe suite à une anomalie sous-jacente affectant la surface articulaire (comme un traumatisme ou une maladie de l’enfance, par exemple).1 Plusieurs facteurs de risque sont liés au développement de la coxarthrose, notamment l’âge, le sexe, la génétique, l’obésité et les facteurs de risque articulaire locaux. La cause de la coxarthrose primitive reste inconnue.1

Épidémiologie

Prévalence et incidence

La fréquence de la coxarthrose symptomatique dans la population occidentale est de l’ordre de 3 à 6 % chez les sujets de plus de 55 ans. Elle est un peu plus fréquente chez la femme que chez l’homme. L’âge moyen au début des douleurs est de 61 ans pour la coxarthrose primitive et de 51 ans pour les formes secondaires. Elle est bilatérale dans près de 45 à 50 % des cas, au moins après quelques années d’évolution.2 Dans l’étude Framingham, l’une des rares études de prévalence de la coxarthrose, les prévalences normalisées selon l’âge de la coxarthrose radiographique et symptomatique sont respectivement de 19,6 % (intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %] : 16,7-23 %) et 4,2 % (IC 95 % : 2,9-6,1 %).3 Les hommes ont une prévalence plus élevée d’arthrose avant 50 ans, tandis que les femmes ont une prévalence plus élevée par la suite.1 Les populations caucasiennes ont également une prévalence plus élevée d’arthrose, suggérant une prédisposition génétique.
Une étude4 a rapporté une incidence normalisée de la coxarthrose symptomatique de 88/100 000 personnes-­années. L’incidence de la coxarthrose symptomatique augmente rapidement vers 50 ans, puis se stabilise après 70 ans. Une autre étude5 a estimé que le risque de développer une coxarthrose symptomatique au cours de la vie est d’environ 18,5 % pour les hommes et de 28,6 % pour les femmes. Bien que ces taux soient stables sur les quatre dernières décennies, ils pourraient augmenter en raison du vieillissement de la population et de l’épidémie d’obésité.

Facteurs de risque

L’arthrose est une pathologie multifactorielle qui peut être considérée comme le produit d’une interaction entre des facteurs généraux et des facteurs...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR