La coxarthrose est généralement perçue par la population comme une affection des personnes âgées ; pourtant, l’incidence des atteintes articulaires de la hanche chez les patients plus jeunes (moins de 50 ans) a progressé rapidement au cours de la dernière décennie.1

Quelles causes ?

Chez les patients jeunes, le diagnostic de coxarthrose n’est généralement pas évoqué en première intention devant des douleurs de la hanche. Les diagnostics différentiels incluent une atteinte articulaire dégénérative, un conflit fémoro-acétabulaire (pathologie dans laquelle les caractéristiques morphologiques irrégulières de la hanche entraînent un contact anormal entre la tête fémorale et le rebord acétabulaire), une fracture de fatigue et une ostéonécrose aseptique de la tête fémorale (affection entraînant une diminution du flux sanguin vers la tête fémorale, entraînant la mort cellulaire et pouvant contribuer, en l’absence de traitement, à un effondrement de la tête fémorale). Chez le jeune patient, la coxarthrose est presque systématiquement secondaire à une pathologie mécanique sous-jacente (v. figure). La dysplasie de la hanche, le conflit fémoro-acétabulaire et les séquelles d’ostéochondrite primitive...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR