À l’orée de la sortie du confinement, l’Académie nationale de médecine émet des recommandations concernant la stratégie nationale d’enquête autour des cas de Covid-19, en particulier sur l’utilisation des tests sérologiques dans ce contexte.

Elle rappelle, tout d’abord, que la période ouverte par la levée du confinement est critique : l’assouplissement des restrictions de circulation des personnes risque de faciliter la transmission du virus et de faire apparaître de nouveaux foyers. Un risque d’autant plus grave que le niveau d’immunité collective contre le SARS-CoV-2 est insuffisant pour prémunir la population française contre un rebond épidémique, notamment dans les régions les moins touchées au cours de la première vague.

Dans ce contexte, la mise en place d’un système d’enquête autour des cas Covid+, et de traçage de leurs contacts, doit permettre de détecter précocement et de circonscrire tout foyer émergent. Le médecin généraliste, au cœur de ce dispositif ; dispose, en complément des tests de détection directe du virus par RT-PCR, de tests sérologiques pour un diagnostic indirect. La détection d’anticorps est en faveur d’une infection récente par le SARS-CoV-2, d’autant plus probable si le patient a présenté des symptômes évocateurs de la maladie au cours des mois précédents, ce qui permet d’escompter le développement d’une immunité protectrice. Cependant, dans l’état actuel des connaissances, si une sérologie négative informe le sujet qu’il est réceptif et qu’il doit particulièrement se protéger du risque d’infection, une sérologie positive n’autorise pas à certifier qu’il est protégé contre une réinfection.

Compte tenu de ces données, l’Académie de médecine recommande :

– que seuls les tests recommandés par le Centre national de référence et faisant partie de la liste proposée par le ministère des Solidarités et de la Santé soient utilisés, et remboursés s’ils sont prescrits ;

– que les tests sérologiques soient systématiquement associés aux tests PCR pour l’identification de foyers d’infections et la détection des contacts ;

– que les personnes testées positives en PCR, quel que soit le résultat de la sérologie, soient placées en isolement, suivies et testées chaque semaine jusqu’à la négativation du test PCR ; – que les personnes ayant une sérologie et un test PCR négatifs soient placées en isolement pendant deux semaines et que la sortie de l’isolement soit conditionnée par un contrôle de la négativité du test PCR ;

– que les personnes ayant un test PCR négatif et une sérologie positive, au moins une semaine après avoir eu des signes cliniques compatibles avec une infection par le SARS-CoV-2, soient considérées comme immunisées et ne soient pas placées en isolement.

Pour en savoir plus

Enquêtes autour des cas de Covid-19 et utilisation des tests sérologiques, communiqué de l’Académie nationale de médecine, 16 mai 2020.

Laura Martin Agudelo, La Revue du Praticien