Dans cet article

Ce contenu est exclusivement réservé aux abonnés
Une pathologie fréquente dont le dépistage permet un traitement simple, efficace et peu onéreux dont le rapport coût-efficacité est largement en faveur d’un dépistage systématique dans l’ensemble de la population.
Le développement visuel se déroule durant les premières années de vie. En ce qui concerne l’acuité visuelle, son développement est maximal jusqu’à l’âge de 3 ans, plus modéré entre 3 et 6 ans. Il est terminé à l’âge de 10 ans. La vision binoculaire, c’est-à-dire la vision en relief, se met en place vers l’âge de 6 mois.
Les différents troubles visuels pouvant interférer avec le développement visuel normal de l’enfant sont les amétropies et la présence d’un strabisme. Les amétropies sont des troubles de la réfraction. Il s’agit le plus souvent chez l’enfant d’une hypermétropie, d’un astigmatisme ou d’une anisométropie. Une myopie est plus rare.1
Le risque principal de ces troubles visuels est l’apparition d’une amblyopie, c’est-à-dire une perte fonctionnelle d’un œil. En l’absence d’un traitement précoce et efficace, cette perte devient définitive. La ­plupart des amblyopies sont fonctionnelles. Il n’y a pas de lésion organique du système visuel. Dans moins de 2 % des cas, elles sont, à l’inverse, liées à une malformation ou à une pathologie oculaire du système visuel (atteintes rétiniennes, anomalies des voies optiques, atteintes du cortex visuel…). L’amblyopie est le plus souvent unilatérale.

Épidémiologie

En France, 15 % des enfants ont des troubles visuels survenant avant l’âge de 6 ans (v. figure), et 1,5 % des ­enfants ont une pathologie oculaire potentiellement handicapante. La cécité concerne 1 enfant pour 1 000.1 Dans plus de 75 % des cas, l’enfant ne se plaint pas, et le trouble visuel n’est pas repéré par son entourage. L’amblyopie survient dans 30 % des cas de troubles visuels. Cela concerne donc 3 à 5 % de la population générale.
L’amblyopie a des conséquences sur la qualité de vie des patients. Elle peut générer des angoisses liées à la crainte de perdre le bon œil. Le risque de devenir malvoyant bilatéral à 65 ans pour un amblyope unilatéral est de 5 % contre 1 % pour les non-amblyopes.1 L’amblyopie interdit l’accès à certaines professions, et contre-indique aussi la pratique de certains sports.
Le dépistage de...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR