Julien, 27 ans, montre une plaie aux bords inflammatoires et nécrose centrale (figure). Il reconnaît l’injection répétée d’héroïne à ce niveau.

Plusieurs facteurs sont impliqués : produit ou solvant (eau, citron) contaminé, matériel souillé (seringue ou filtre notamment, à l’origine de 90 % des infections).
De nombreux micro-organismes...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR