La prise en charge du diabète de type 2 a été bouleversée par l’arrivée des nouveaux antidiabétiques. Aux JNMG aujourd’hui, le Dr Chloé Amouyal (service d’endocrinologie et métabolisme, hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris) a fait un point sur ces traitements et les toutes nouvelles recommandations ADA-EASD 2021 (American Diabetes Association, European Association for the Study of Diabetes). Un résumé synthétique, avec un algorithme de prise en charge et un tableau comparant les différentes molécules disponibles.

Algorithme

– Tout comme l’objectif d’HbA1c, la thérapeutique doit être personnalisée.

– La metformine reste en première intention pour le moment.

– Privilégier les antidiabétiques non hypoglycémiants.

– En cas de maladie athéromateuse établie ou d’atteinte rénale, préférer, en association avec la metformine, les antidiabétiques ayant fait la preuve d’un bénéfice en termes de protection cardiovasculaire et rénale : GLP1-RA ou SGLT2-I (si maladie athéromateuse prédominante) ou SGLT2-I (si insuffisance cardiaque ou insuffisance rénale prédominantes).

– En l’absence de maladie athéromateuse établie ou insuffisance rénale, on s’adapte en fonction du patient et de l’objectif recherché (réduire le risque d’hypoglycémie : DPP4-I ; promouvoir la perte du poids : GLP1-RA ou SGLT2-I).

 

 

Tableau comparant les différentes molécules disponibles

 

Tableau 1

 

Tableau 2

Figures et tableaux