Dans cet article

Ce contenu est exclusivement réservé aux abonnés
Bactérie flagellée spiralée strictement humaine, colonisant exclusivement la muqueuse gastrique grâce à son uréase (qui réduit l’acidité locale).
Toujours pathogène : gastrite.
Transmission interhumaine surtout dans la petite enfance : contact direct de sécrétions gastriques (régurgitations, vomissements) ou de salive.
Prévalence très variable qui peut atteindre 80 % en région de forte endémie. En France : 15-30 % en population générale, 50 % après 60 ans, < 10 % chez les enfants. En baisse (car usage massif d’antibiotiques pour d’autres infections).
Impliquée dans : ulcères gastro-duodénaux, gastrite atrophique, cancer gastrique et lymphome du MALT (non hodgkinien, développé dans le tissu lymphoïde associé aux muqueuses). Toute colonisation = maladie infectieuse, quels que soient les symptômes.
À rechercher dans des indications bien définies (encadré). Éradication nécessaire pour prévenir récidives ou survenue de certaines pathologies ou les traiter (50 % de rémission du lymphome du MALT après élimination d’H. pylori).
Ã

Comment procéder ?


Abandon des trithérapies empiriques des années 2000 en raison de la résistance aux antibiotiques (26 % pour la clarithromycine, 13 % pour les fluoroquinolones). Thérapie...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR