Les traitements oraux à base d’estrogènes ne sont pas utilisés dans l’hormono-thérapie des cancers de la prostate du fait du risque thromboembolique qu’ils engendrent. En évitant le premier passage hépatique, l’administration du traitement par patch...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR