Des chercheurs de l’hôpital Mont Sinaï (New York) ont conduit une étude rétrospective pour analyser la différence d’expression du gène codant l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) dans l’épithélium nasal des enfants et des adultes. L’ACE2 jouant en effet le rôle de récepteur sur lequel se fixe le SARS-CoV-2 pour infecter l’hôte, l’investigation partait de l’hypothèse que les faibles taux d’infection chez les enfants (2 % du total des cas aux États-Unis) et les formes mineures qu’ils développent sont en lien avec une expression différente de cette enzyme dans la population infantile. 

 

Bien que d’autres études se soient déjà intéressées au lien entre cette protéine et la sévérité de l’infection par le SARS-CoV-2, avec des résultats non concluants, elles ont été réalisées sur des échantillons issus de lavages bronchoalvéolaires, et n’examinaient pas l’épithélium nasal ; or les environnements pulmonaires et nasaux, aussi bien que l’expression des gènes dans chacun d’eux, sont différents.

Les auteurs ont donc utilisé des données de l’examen de l’épithélium nasal de 305 individus âgés de 4 à 60 ans qui avaient été prélevées entre 2015-2018 dans le cadre d’une étude sur les biomarqueurs nasaux de l’asthme (ce qui explique la forte proportion de sujets asthmatiques : 49,8 %). Ils ont conclu à la relation entre l’âge et l’expression de l’ACE2, indépendamment du sexe et de l’asthme : l’expression du gène en question augmentait significativement avec l’âge ; chez les enfants de moins de 10 ans, sa faible expression peut donc contribuer à expliquer pourquoi la prévalence du Covid-19 est moins importante dans cette classe d’âge. Des conclusions à approfondir par l’inclusion de sujets âgés de plus de 60 ans, absents de cette cohorte… 

Bunyavanich S, Do A, Vicencio A. Nasal Gene Expression of Angiotensin-Converting Enzyme 2 in Children and Adults. JAMA 2020;323:2427-9. doi:10.1001/jama.2020.8707.

Laura Martin Agudelo, La Revue du Praticien

Figures et tableaux