Maladie fréquente et méconnue (ce qui en fait sa gravité), touchant principalement les sujets jeunes.
Jusqu’à 0,1 % de la population serait atteinte..1, 2, 3 Impact lié à la morbidité induite et à l’absentéisme professionnel.1, 2
Caractérisé par la déformation du stroma cornéen.
Tableaux cliniques variés allant des formes frustres non visibles cliniquement aux perforations cornéennes secondaires à son amincissement extrême.
En cas de perforation de la membrane de Descemet (encadré) : hydrops possible, qui se traduit par la présence d’eau dans le stroma cornéen en raison de la rupture de la barrière avec l’humeur aqueuse (fig. 1).
Principal facteur de risque (retrouvé dans presque 100 % des cas) : frottements oculaires répétés.1, 2, 4, 5 Ces derniers induisent une désorganisation des fibrilles de collagène du stroma, perturbant la biomécanique naturelle de la cornée.
Composante inflammatoire impliquée dans la genèse de la maladie : suggérée par la mise en évidence de kératocytes activés en microscopie confocale (mais s’agit-il d’une cause ou d’une conséquence ?).
Sujets les plus à risque : personnes atteintes d’allergies oculaires, syndrome de Down, maladie de Marfan, syndromes secs oculaires sévères.

Diagnostic

Découvert parfois de façon fortuite lors d’un examen ophtalmologique de routine.
Révélé par une baisse d’acuité visuelle récente en...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR