L’association entre la survenue d’un cancer et une réduction du risque de démence est évoquée depuis plusieurs années, sans preuve établie. Ce lien peut suggérer des pistes intéressantes pour la prévention et le traitement de la neurodégénérescence, pour laquelle les options thérapeutiques sont à ce jour limitées. Une nouvelle étude française (Inserm/Université de Bordeaux) vient étayer cette hypothèse, avec des résultats surprenants...

 

Le risque de démence diminuerait de près de moitié (42 %) chez les patients ayant développé un cancer, par rapport aux personnes non atteintes de cancer, selon les résultats de cette étude de cohorte sur plus de 2 000 patients suivis pendant une durée médiane de 5 ans (âge moyen : 73 ans ; plus de 60 % de femmes). Cette cohorte nationale, Memento, comprend des patients suivis dans les Centres de mémoire, ressources et recherche (CMRR) qui inclut 26 centres...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR