Les anomalies visuelles sont fré­­quen­tes : elles touchent près de 20 % des enfants de moins de 6 ans, induisant difficultés scolaires et gêne dans la vie courante. Il s’agit essentiellement de troubles de la réfraction. Ainsi, un dépistage bien encadré est justifié ;1 il doit être précoce pour prévenir l’amblyopie et le strabisme.
En effet, une prise en charge trop tardive peut entraîner un handicap définitif. Même si tous les professionnels de la santé visuelle sont concernés, le pédiatre et le médecin traitant jouent un rôle clé dans le repérage. L’objectif est d’identifier les troubles par des examens simples, dans les premières années de vie, ceux-ci étant le plus souvent réversibles sous traitement.
Chez l’enfant plus âgé, le dépistage réfractif est un enjeu important, compte tenu de l’augmentation de la prévalence de la myopie en Europe. Exceptionnellement, il révèle une anomalie oculaire rare : cataracte ou glaucome congénitaux, qui imposent une prise en charge urgente pour éviter un handicap majeur.

Quelles pathologies rechercher ?

Chez le nourrisson, le développement visuel est incomplet avec, à la naissance, une acuité visuelle (AV) moyenne évaluée à 1/20e. Le carnet de santé est le lien privilégié entre les professionnels de santé et les parents. Dans sa nouvelle version sont mentionnées les dates des dépistages visuels obligatoires : la première semaine de vie, à 2 mois, 4 mois, 9 mois et 24 mois (fig. 1, encadré 1). Un examen de l’AV est réalisé en milieu scolaire, dès 3 ans puis vers 6 ans, mais à cet âge il est trop tardif pour un traitement optimal du strabisme ou de l’amblyopie.
Les facteurs de risque d’anomalies visuelles sont connus.2 À l’interrogatoire, on recherche une prématurité, un retard de croissance intra-utérin avec un petit poids de naissance (< 1 500 g), des troubles neurologiques comme une souffrance cérébrale, une infirmité motrice cérébrale, une maladie systémique ou génétique. Y a-t-il dans les antécédents familiaux un strabisme, une amblyopie, des anomalies réfractives notables, une maladie ophtalmologique héréditaire ?
Une anomalie de transparence ou de taille de la cornée, une leucocorie (pupille blanche ; fig. 2), un nystagmus récent, un plafonnement ou une errance du regard imposent un examen ophtalmologique....

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR