L’œil est exposé aux ondes électromagnétiques solaires, de l’ultra- violet (UV) à l’infrarouge, mais aussi aux sources de lumière artificielle : éclairages domestiques, publics ou professionnels, écrans et objets munis de lampes…
Les effets de l’éclairage sont liés :
– à la source : puissance, intensité lumineuse, spectre, papillotement (scintillement perceptible ou non par l’œil résultant d’une fluctuation de tension électrique), température de couleur, rendement énergétique, variation temporelle ;
– à sa perception par l’utilisateur : luminance, indice de rendu de couleur (indicateur de la propension d’une source lumineuse à bien restituer les couleurs ; par exemple, avec certaines lampes, les couleurs semblent jaunes par rapport à l’éclairage naturel), éblouissement, papillotement.
La cornée et le cristallin absorbent la majeure partie des rayonnements UV (dont l’excès endommage la cornée – kératites solaires – et induit des cataractes). Seuls ceux compris entre 380 et 780 nm (dits visibles) atteignent la rétine et sont convertis par les photorécepteurs en influx nerveux.
La proportion de lumière bleue transmise décroît avec l’âge, étant d’autant plus absorbée par le cristallin vieillissant qui devient jaune (fig. 1).
L’énergie d’une onde électromagnétique étant inversement proportionnelle à sa longueur, la lumière bleue (400- 460 nm) en porte plus que la rouge (800 nm). Le risque de toxicité pour la rétine est lié à la production de radicaux libres oxygénés par l’épithélium pigmentaire lors de l’absorption des photons.
En application de la directive européenne n° 2005/32/CE sur l’écoconception, le retrait du marché des lampes à incandescence et halogènes classiques a induit un fort développement des éclairages à diode...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR