Médecin généraliste et cogérante de la maison de santé pluridisciplinaire universitaire (MSPU) de Saint-Maur- des-Fossés, elle est également maître de conférences au DMG de la faculté de médecine de Créteil.

Parlez-nous de votre maison de santé

Ouverte en avril 2019, elle a été créée à l’initiative de trois médecins généralistes installés à Saint-Maur, les Drs Medioni, Yana et moi-même. Douze professionnels y travaillent : 5 généralistes, 3 infirmières, une diététicienne, une sage-femme, un podologue et une secrétaire. Nous accueillons des externes et des internes de niveaux 1 et 2 à la suite d’une convention passée avec l’université Paris-Est-Créteil (UPEC). Nous avons également une activité de recherche. Une coordinatrice libérale, rémunérée par le biais d’un accord conventionnel interprofessionnel, nous aide surtout sur les aspects administratifs.

Nos patients sont principalement reçus sur rendez-vous, mais nous proposons aussi des créneaux horaires dédiés aux soins non programmés.

Entre professionnels, nous avons trois types de réunions. Un sur les projets de santé concernant les personnes âgées polypathologiques et/ou ayant une maladie chronique. Un sur le fonctionnement de la maison (gestion de l’équipe, du secrétariat, des plannings, des travaux immobiliers, etc). Et un de concertation pluriprofessionnelle à propos des malades qui posent des problèmes, notamment les patients complexes. Chaque professionnel peut ainsi bénéficier d’un avis collégial.

Quels sont vos liens avec les libéraux et l’hôpital ?

Les Drs Medioni, Yana et moi-même portons un projet de CPTS (communauté professionnelle de santé territoriale) sur les communes de Saint-Maur-Ouest et Joinville. Il a été accepté par l’ARS, qui a fourni une aide financière pour son montage. Il concerne actuellement une dizaine de professionnels de santé, mais nous avons invité tous ceux de ce territoire à une réunion de construction de la communauté en septembre. L’épidémie a renforcé des liens avec les libéraux, notamment quand nous avons organisé la réponse de première ligne face au Covid en privilégiant les lieux de soins habituels, mais aussi lors du montage d’un centre dédié à Saint-Maur.

Nous avons quelques liens anciens avec le CHU Henri-Mondor et le centre hospitalier intercommunal (CHIC), tous les deux à Créteil. En ce qui me concerne, j’exerce depuis dix ans et j’enseigne à l’UPEC, ce qui m’a permis de collaborer avec les services de gériatrie et d’oncologie en particulier. Nous travaillons aussi avec le réseau Partage94, trithématique (cancer, soins palliatifs, personnes âgées)....

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR