Si les régimes d’exclusion peuvent avoir des effets bénéfiques pour la santé, ils ne sont pas non plus sans risques, même dans des indications reconnues.
Bien que n’étant pas un fait nouveau, puisque connue depuis la Grèce antique, l’adoption d’un régime alimentaire particulier, notamment par l’exclusion de certaines catégories d’aliments, semble être un fait de société de plus en plus développé dans les pays industrialisés. Les raisons en sont multiples et peuvent être certes médicales mais aussi souvent culturelles, religieuses, sociales ou éthiques. Depuis quelques années, parmi les régimes restrictifs ou d’exclusion les plus en vogue, on trouve le régime sans gluten, le régime sans produits laitiers et les régimes végétariens/végétaliens, et plus récemment le régime pauvre en FODMAP et le régime cétogène. Si ces régimes peuvent avoir des bénéfices potentiels et pour certains des indications médicales formelles, ils peuvent aussi exposer à des risques pour la santé de l’individu en l’absence de conseils spécialisés. Nous n’aborderons pas dans cet article les risques spécifiques de la population pédiatrique.

Régime sans gluten

Le régime sans gluten1, 2 est le seul traitement efficace existant actuellement pour la maladie cœliaque (ou intolérance au gluten) et l’allergie au blé. Une troisième indication récente, mais encore controversée dans la communauté médicale et scientifique, est l’(hyper)sensibilité au gluten non cœliaque, caractérisée par des symptômes digestifs et extradigestifs favorisés par la consommation d’aliments contenant du gluten et disparaissant à l’exclusion de ceux-ci. À ce jour, aucune preuve de l’efficacité du régime sans gluten n’est démontrée pour d’autres pathologies (polyarthrite, fibromyalgie, autisme…) ou dans un but non médical (bien-être physique et psychique, performances sportives, perte de poids…).
Le régime sans gluten consiste à supprimer de l’alimentation tout aliment élaboré à partir de blé, de seigle et d’orge, c’est-à-dire les pains, les pâtes, les pâtisseries, les viennoiseries, les pizzas, les tartes… mais aussi beaucoup de préparations alimentaires industrielles. Les produits alternatifs sans gluten se sont grandement diversifiés, farines mais aussi pains, pâtes et de nombreux produits transformés (pizzas, plats complets…) permettant au patient une diversité alimentaire, mais il n’en reste pas moins que le régime sans gluten peut avoir des conséquences en termes de couverture des besoins nutritionnels et donc de santé.
Les céréales génératrices de gluten sont une source de protéines, de vitamines du groupe B, de fibres, de minéraux (magnésium, phosphore, potassium) et de micronutriments (zinc, fer). Des déficits nutritionnels peuvent survenir si, en contrepartie, elles ne sont pas remplacées par d’autres sources de ces nutriments (tableau 1...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR