La campagne de vaccination a commencé en France, mais devant la prolifération de messages contradictoires, amplifiés par les réseaux sociaux et les médias, il n’est pas facile de s’y retrouver.
Quels sont les composants des deux vaccins à ARN disponibles ? Sont-ils contre-indiqués chez les personnes allergiques ? Faut-il vacciner une personne qui a eu la Covid ou qui est « cas contact » ? Comment administrer le vaccin chez les patients sous anticoagulants ? Les réponses aux questions pratiques les plus fréquentes posées par les patients et les médecins sur ces nouveaux vaccins. 

 

Que contiennent les deux vaccins à ARN ? Comment fonctionnent-ils ? 

Ils contiennent l’ARN messager codant la protéine de surface du SARS-CoV-2 (Spike), encapsulé dans des nanoparticules (taille : 80 nm) lipidiques, associé à du sucrose, du potassium, du sodium (composition précisée ci-dessous)*. Ils ne contiennent ni adjuvant, ni métaux lourds, ni aluminium.

Lors de l’injection dans le deltoïde, l’ARNm vaccinal pénètre dans les cellules du muscle et est traduit dans le cytoplasme en protéine Spike. Cette protéine « étrangère » est ensuite exprimée à la surface des cellules et reconnue par les cellules présentatrices d’antigènes. Cela va déclencher la production d’anticorps neutralisants par les lymphocytes B, une réponse lymphocytaire T cytotoxique (permettant de détruire les cellules infectées par le SARS-CoV-2), et la génération de lymphocytes T mémoire. 

L’ARNm ne peut pas entrer dans le noyau, être intégré et modifier notre génome.

Vaccins à ARN

 

Faut-il vacciner les patients ayant déjà eu la Covid ? Et les cas contacts ?

La majorité des patients infectés par le SARS-CoV-2 semblent avoir une protection pendant au moins 6 mois. Selon la HAS, il n’y a pas lieu de vacciner systématiquement les personnes ayant déjà eu une forme symptomatique de la Covid, mais ces dernières peuvent recevoir le vaccin si elles le souhaitent en respectant un délai minimal de 3 mois à partir du début des symptômes

En revanche, il ne faut pas tenir compte des antécédents d’infection asymptomatique, et il n’est pas recommandé d’effectuer un test viral en l’absence de symptômes ou une sérologie à la recherche d’une infection en cours ou antérieure.

Les personnes « cas contacts » ne devraient pas se faire vacciner avant la fin de leur période de quatorzaine, à l’exception (selon la SPILF) des résidents d’EHPAD ou d’USLD, où l’exposition et la transmission du SARS-CoV-2 peuvent se produire de manière répétée pendant de longues périodes.

 

Les personnes allergiques peuvent-elles être vaccinées ?

Les vaccins à ARNm semblent provoquer des réactions anaphylactiques plus fréquemment que les autres vaccins. Les molécules de PEG (polyéthylène glycol) qui couvrent l'extérieur des nanoparticules sont probablement en cause. Ces vaccins sont donc contre-indiqués chez les personnes ayant des antécédents d’allergie sévère à l’un des composants du vaccin (v. ci-dessous)* ou en cas de réaction anaphylactique après la 1re dose. Les réactions allergiques qui ne relèvent pas de l’anaphylaxie ne sont pas une contre-indication à la vaccination. Il est possible de vacciner avec le vaccin Pfizer-BioNTech les patients ayant une allergie médicamenteuse ou alimentaire grave. La Fédération française d’allergologie a également précisé que « les antécédents d’allergie ou d’anaphylaxie ne constituent en aucun cas une contre-indication systématique à cette vaccination ». En pratique, l’administration de ces vaccins doit être réalisée dans des conditions permettant de gérer une réaction d’hypersensibilité immédiate grave : adrénaline injectable (stylo auto-injecteur ou flacon + seringue) à disposition et observation des personnes vaccinées pendant au moins 15 minutes.

 

En dehors de l’anaphylaxie, quelles sont les contre-indications de ces vaccins ?

La grossesse, faute de données de sécurité suffisantes.  En cas de maladie aiguë modérée ou sévère, il est conseillé de retarder de quelque jours la vaccination (comme pour tous les vaccins). Ces nouveaux vaccins ne sont pas indiqués chez l’enfant car ils n’ont pas été testés en population pédiatrique. 

 

Peut-on administrer les vaccins à ARNm par voie sous-cutanée chez les patients sous anticoagulants ? 

Non ! Le vaccin doit être injecté par voie intramusculaire (IM) stricte. Si classiquement on ne fait pas d’IM aux patients sous anticoagulants ou ayant des troubles de l’hémostase, cela ne doit pas s’appliquer aux vaccins inactifs comme ceux-ci. En effet, les volumes à injecter sont faibles et la vaccination IM dans le deltoïde associée à une compression prolongée est bien tolérée chez ces patients. 

Les précautions à appliquer sont simples :

– toujours vacciner dans le deltoïde (c’est plus facile à surveiller et à comprimer) ;

– utiliser une aiguille longue et fine (les aiguilles oranges et d’une longueur de 40 mm sont parfaites) ;

– comprimer plusieurs minutes (> 2 min) sans masser ni frotter ;

– surveiller la zone au décours.

Les personnes ayant un trouble de l’hémostase ou de la coagulation particulièrement sévère, constituant une contre-indication à l’injection intramusculaire, ne devraient pas être vaccinées, sauf si les bienfaits éventuels l’emportent nettement sur les risques liés à l’administration (SPILF).

 

*Composants des vaccins à ARNm

Vaccin Pfizer-BioNTech :

– ARN messager codant la protéine Spike.

– Lipides : (4-hydroxybutyl)azanediyl)bis(hexane-6,1-diyl)bis (2-hexyldecanoate) [ALC-0315] ; 2-[(polyéthylène glycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide (ALC-0159) ; 1,2-distéaroyl-snglycéro-3-phosphocholine (DSPC) ; cholestérol.

– Solution saline : chlorure de potassium ; phosphate monopotassique ; chlorure de sodium ; phosphate disodique dihydraté ; saccharose.

Vaccin Moderna : 

– ARN messager codant la protéine Spike.

– Lipides : SM-102 ; 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine (DSPC) ; 1,2-dimyristoyl-rac-glycéro-3-méthoxypolyéthylène glycol-2000 (PEG2000 DMG) ; cholestérol.

– Solution saline : trométamol, trométamol hydrochloride, acide acétique, acétate de sodium trihydraté, saccharose.

Cinzia Nobile, La Revue du Praticien

Pour en savoir plus

Infovac-France. Abécédaire des questions-réponses les plus fréquentes sur la vaccination Covid-19. Bulletin n°14 – Supplément Décembre 2020 (29 décembre 2020).

Une vidéo pour vos patients : Swissmedic. Les différents types de vaccins. Le fonctionnement d’un vaccin à ARNm. 19 décembre 2020.

Figures et tableaux
Références

Crédit image : National Institutes of Health (« Scientists Explore New Roles for RNA », avril 2019).