Infections génitales basses

Diagnostic le plus souvent clinique.
Principalement 4 infections :
– vaginose bactérienne définie par un déséquilibre du microbiote vaginal (remplacement des lactobacilles par une flore anaérobie, Gardnerella) ;
– mycose vaginale aiguë (Candida albicans et glabrata) ; – vulvo-vaginite à Trichomonas vaginalis ;
– vulvite herpétique (HSV-2 surtout).
Rechercher : brûlure, prurit, érythème, dyspareunie, signes urinaires, leucorrhées inhabituelles, métrorragies, douleur pelvienne, œdème vulvaire…
Examen clinique :
– palpation abdomino-pelvienne (qui doit être normale) ;
– inspection des régions vulvaire, vestibulaire et périnéale.
Prise en charge selon le pathogène (tableau).
Femme enceinte :
– traiter les vaginoses par Flagyl per os 500 mg, 2 x/j, 7 jours (risque accru d’accouchement prématuré sans traitement) ;
– prélèvements vaginaux si symptomatologie vulvo-vaginale ou menace d’accouchement prématuré ;
– mycoses vaginales aiguës plus fréquentes.

Petite fille ou adolescente vierge :
– chercher un corps étranger, un éventuel abus sexuel (à signaler) ;
– traiter par Polygynax Virgo : 1 capsule le soir pendant 6 jours.
Femmes ménopausées : 3...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR