Fatigue, maux de ventre, « stress des toilettes »,… : tel est bien souvent le quotidien des jeunes atteints de maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI). Face à cette maladie « qui ne se voit pas », des aménagements peuvent être faits pour faciliter la scolarité, parfois déjà lourdement entachée par des séjours hospitaliers répétés.
Figures et...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR