Le nivolumab, un anticorps monoclonal anti-programmed death-1 (PD-1), a été comparé au placebo chez 794 patients atteints d’un cancer oesophagien ou de la jonction oesogastrique de stade II ou III ayant été opérés après une radio-chimiothérapie néoadjuvante. Le critère principal était la durée de survie sans évolution de la maladie tumorale. Après un suivi médian de 24 mois, elle était de 22,4 mois dans le groupe « nivolumab », contre 11 mois dans le groupe « placebo ». Ce bénéfice existait dans toutes les analyses en sous-groupes (selon l’âge, le sexe, l’origine ethnique, la localisation de la tumeur initiale). Les événements indésirables de grade 3 ou 4 et les arrêts de traitement pour effets indésirables ont concerné 13 % et 9 % des patients traités par nivolumab, contre 6 % et 3 % sous placebo, respectivement.
Étude financée par les laboratoires Bristol-Myers Squibb et Ono Pharmaceutical

S. Rivière déclare n'avoir aucun lien d'intérêts.

Références
N Engl J Med 2021;384:1191-203. Kelly RJ, Ajani JA, Kuzdzal J, et al.; CheckMate 577 investigators. Adjuvant nivolumab in resected esophageal or gastroesophageal junction cancer. PMID : 33789008.