Ce militaire de 25 ans avait des calcifications péricardiques découvertes lors d’un uroscanner (bilan préopératoire de varicocèle). Il avait une fatigabilité à l’effort et une baisse de ses performances sportives. L’échographie transthoracique (ETT) montrait un péricarde épais hyperéchogène d’aspect calcifié et une constriction péricardique. Le scanner (fig. 1 et 2) montrait des calcifications péricardiques circonférentielles sans épaississement ni renforcement péricardique. L’IRM myocardique notait une prise de contraste anormale du péricarde autour du ventricule gauche (VG) avec macrocalcification de la région...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR