Connus depuis plus d’un siècle puis tombés en désuétude, ces « virus tueurs de bactéries » suscitent un regain d’intérêt face au développement de bactéries multi-résistantes, mais leur usage reste très limité en France, faute de modèle économique et de cadre juridique adaptés. Quels sont les avantages de cette technique ? Comment la promouvoir ?

 

 

 

Après avoir rencontré un bref succès il y a un siècle, les phages ont été supplantés par les antibiotiques, plus faciles d’emploi, moins coûteux et capables de cibler un large éventail de bactéries, alors que les phages sont très spécifiques à leur bactérie-cible. Cependant, face au développement de bactéries multi-résistantes et à l’essoufflement de la recherche de nouveaux antibiotiques, de plus en plus de personnes se trouvent dans des situations d’impasse thérapeutique, et la phagothérapie peut être une solution intéressante.

L’Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), dans une note scientifique publiée en mars, appelle à encourager financièrement et juridiquement le recours accru aux phages. Explications.

 

La phagothérapie, c’est quoi ?

Les bactériophages, ou « phages », sont les virus naturels des bactéries : ils sont capables de les infecter et de s’y multiplier...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR