Cette étude, menée au Royaume-Uni, a comparé les trois types de voies veineuses centrales utilisées dans la pratique courante pour administrer des chimiothérapies : chambre implantable, cathéter tunnélisé de type Hickman et cathéter veineux central à insertion périphérique (PICC), chez 1 061 patients nécessitant une chimiothérapie durant au moins douze semaines. Parmi eux, 90 % avaient un cancer solide. Les patients étaient randomisés pour l’implantation d’un de ces trois dispositifs. Le critère d’évaluation était le taux de complications entre la pose et le retrait du dispositif, jusqu’à un an maximum. Les complications surveillées étaient : les infections, les thromboses veineuses du site d’implantation, les problèmes mécaniques survenant sur le dispositif et l’absence du reflux sanguin permettant un prélèvement. Le taux de complications était similaire pour les PICC et les cathéters tunnélisés, mais les chambres implantables se compliquaient moins. En termes de qualité de vie rapportée par le patient, ces dernières étaient également supérieures aux deux autres dispositifs. La pose de chambre implantable coûtait plus cher en valeur absolue, mais, rapporté au temps où le dispositif reste en place, son coût était moins élevé que celui les deux autres.

S. Rivière déclare n'avoir aucun lien d'intérêts.

Références
Lancet 2021 Jul 31;398(10298):403-15 Moss JG, Wu O, Bodenham AR, Agarwal R, Menne TF, Jones BL et al. Central venous access devices for the delivery of systemic anticancer therapy (CAVA): a randomised controlled trial. PMID: 34297997