Le confinement lié à l’épidémie de Covid-19 a amené les familles à vivre en huis clos pendant plus de 50 jours, exposant des enfants à une situation de danger intrafamilial. En effet, pendant cette période, les appels au 119 ont augmenté : des proches, des amis ou des voisins suspectant des situations de danger chez des enfants, voire les enfants eux-mêmes ont appelé.

La situation exceptionnelle de confinement que nous avons été amenés à vivre en raison de l’épidémie de l’infection par le Sars-CoV-2 a augmenté de façon très significative les sollicitations téléphoniques et par mail pour des situations de mineur en danger, en particulier au 119, numéro du ­Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger.1
C’est la raison pour laquelle il est ­essentiel, lors des consultations médicales menées lors des différentes étapes du déconfinement, de pouvoir évoquer le vécu des enfants et des adolescents lors de ce temps singulier.
Il est également possible que certains enfants ou adolescents évoquent la situation d’amis pour lesquels ils s’inquiètent : les appels au 119 de mineurs inquiets pour des amis vivant des violences intrafamiliales ont également considérablement augmenté. Ce numéro reste un lien précieux pour les enfants et les familles.

Quelques points de vigilance

Le carnet de santé doit être consulté et servira d’outil pour évoquer d’éventuels problèmes médicaux ­intercurrents.
Il est essentiel que le médecin soit prêt à repérer, entendre et accueillir les propos que l’enfant ou l’adolescent lui livrera, à réaliser une évaluation clinique et à transmettre ses éléments d’inquiétude le cas échéant.

Pour les nourrissons non déambulants (qui ne se déplacent pas)

Il est essentiel de repérer, dans le carnet de santé ou lors des entretiens avec la famille ou lors de l’examen somatique, les « lésions sentinelles ».2 Il s’agit de lésions traumatiques (ecchymose, hématome, plaie…) visibles par tous, pour lesquelles aucune explication plausible ne peut être retenue. Elles sont cutanées dans 90 % des cas, principalement situées à l’extrémité céphalique (fig. 1). Il peut s’agir aussi de lésions des muqueuses.
Une lésion de ce type impose un avis hospitalier en urgence pour réaliser un bilan, à la recherche de...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR