Les mécanismes de ces troubles graves de la coagulation en lien avec la vaccination par AstraZeneca commencent à être élucidés, permettant de proposer une conduite à tenir en cas de signes évocateurs. Les recos éditées par la Société française neuro-vasculaire, la Société française de médecine vasculaire et le Groupe français d’études sur l’hémostase et la thrombose viennent d’être publiées.

 

Bien que très rares (incidence de l’ordre de 1:250 000 à 1:1 000 000), la survenue de thromboses de localisation atypique, et en particulier de thromboses veineuses cérébrales sinusales (TVCS), associée à une diminution des plaquettes après vaccination par AstraZeneca, inquiète pour la gravité de ses manifestations.

Les chercheurs sont en train de documenter sur le plan biologique ces thrombophlébites cérébrales et autres thromboses disséminées. Certaines pistes commencent à émerger.

Tout d’abord, le mécanisme de ces thromboses observées au niveau cérébral avec le vaccin AstraZeneca est d’ordre immunologique,...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Figures et tableaux