Alors qu’au début de la pandémie, les patients atteints de troubles psychiques semblaient peu touchés par l’infection par le SARS-CoV-2 (notamment grâce à l’utilisation de certains psychotropes), plusieurs études récentes sur de larges échantillons indiquent qu’il s’agit de sujets à risque, et suggèrent que cette population vulnérable doit être davantage surveillée.

 

Dans une étude publiée le 9 novembre 2020 dans The Lancet, les auteurs ont analysé les données issues de 54 centres de santé aux États-Unis (hospitaliers mais aussi de soins primaires), sur un total de 68 millions de patients, dont 62 354 avaient eu un diagnostic de Covid. Un antécédent psychiatrique (trouble de l’attention, bipolarité, dépression, schizophrénie) était associé à une incidence accrue d’infection par...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Figures et tableaux