La prétendue infertilité qu’engendreraient les vaccins anti-Covid fait désormais partie du podium des infox les concernant. Mais si quelques études ont suggéré un possible retentissement de l’infection par le SARS-CoV-2 sur la fertilité masculine, que sait-on aujourd’hui sur l’effet des vaccins ? Une étude récente publiée dans le JAMA a examiné les paramètres du sperme avant et après vaccination : que montrent ces données ?

 

Deux études parues il y a quelques semaines dans le journal Reproduction suggéraient que l’infection par le SARS-CoV-2 peut affecter négativement le système reproductif masculin. La première, une revue de littérature, expliquait notamment que l’« orage cytokinique » secondaire à l’infection pouvait entraîner une orchite ; les lésions ultérieures des cellules germinales et des tissus interstitiels pourraient alors avoir un effet négatif sur la spermatogenèse et la production d’hormones dans les testicules.

La seconde, une étude prospective menée sur 84 hommes de 20 à 40 ans ayant un diagnostic confirmé de Covid (et 105 témoins sains du même âge), a trouvé des perturbations significatives des paramètres du sperme chez les sujets Covid : elle évaluait chez les participants l’activité séminale de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), les marqueurs d’inflammation et de stress oxydatif, les variables apoptotiques et les paramètres de qualité du sperme à des intervalles de 10 jours pendant environ 60 jours. 

Par rapport aux témoins sains, les patients Covid convalescents avaient des niveaux significativement plus élevés d’activité enzymatique ACE2 séminale, de cytokines pro et anti-inflammatoires et de variables apoptotiques. Ces perturbations, qui ont persisté le long du suivi, ont été associées à des altérations significatives du volume du sperme, de la motilité progressive et de la morphologie des spermatozoïdes, de leur nombre et leur concentration, suggérant que l’infection par le SARS-CoV-2 peut altérer le potentiel reproductif masculin. 

Qu’en est-il, alors, de l’effet des vaccins sur ces mêmes paramètres ? Une étude prospective menée à l’université de Miami (États-Unis) a recruté, entre décembre 2020 et janvier 2021, 45 volontaires sains (d’âge moyen 28 ans), sans antécédent de Covid, dont 21 ont reçu le vaccin de Pfizer et 24 celui de Moderna. Les participants ont fourni un premier échantillon de sperme avant de recevoir la première dose de vaccin, après une durée médiane de 2,8 jours d’abstinence, et un second échantillon environ 70 jours après la deuxième dose et suivant une durée médiane d’abstinence de 3 jours.

Les analyses comprenaient le volume du sperme, la concentration des spermatozoïdes, leur motilité et le nombre total de spermatozoïdes mobiles (NTSM). Les 8 sujets ayant une oligospermie (concentration de spermatozoïdes < 15 millions/mL) ont été inclus dans l’analyse.

La concentration initiale médiane de spermatozoïdes était de 26 millions/mL et le NTSM de 36 millions. Après la deuxième dose de vaccin, la concentration médiane de spermatozoïdes a augmenté de manière significative à 30 millions/mL et le NTSM médian à 44 millions. Le volume du sperme et la motilité des spermatozoïdes ont également augmenté de manière significative (respectivement : de 2,2 à 2,7 mL ; et de 58 à 65 %).

Sur les 8 hommes oligospermiques avant le vaccin, dont la concentration médiane de spermatozoïdes était de 8,5 millions/mL, 7 ont vu cette concentration augmenter, pour atteindre la plage normozoospermique lors du suivi (concentration médiane de 22 millions/mL). Aucun homme n’est devenu azoospermique après le vaccin.

Conclusion : aucune diminution significative des paramètres des spermatozoïdes après vaccination anti-Covid n’a été observée dans cette cohorte d’hommes en bonne santé (le calendrier de l’étude englobait le cycle de vie complet des spermatozoïdes). Si, au contraire, des augmentations statistiquement significatives de tous les paramètres du sperme ont été observées, ces changements se situent dans les limites de la variation individuelle normale, et peuvent peut aussi être dus à l’allongement de la période d’abstinence avant le deuxième échantillon.

Bien qu’effectuée sur une petite cohorte d’hommes jeunes et en bonne santé (et sans groupe témoin), dont les résultats ne peuvent donc être aisément généralisés, cette étude suggère que la vaccination anti-Covid n’a pas d’effet délétère sur la fertilité masculines. 

Laura Martin Agudelo, La Revue du Praticien

Pour en savoir plus :

Gonzalez DC, Nassau AE, Khodamoradi K, et al. Sperm Parameters Before and After COVID-19 mRNA Vaccination.JAMA 17 juin 2021.

Tian Y, Zhou LQ. Evaluating the impact of COVID-19 on male reproduction.Reproduction 2021;161(2);37-44.

Maleki BH, Tartibian B. COVID-19 and male reproductive function: a prospective, longitudinal cohort study. Reproduction 2021:161(3):319-31.

Figures et tableaux