Les sujets âgés sont particulièrement exposés aux effets indésirables des médicaments, avec de lourdes conséquences, effets dont un sur deux est évitable pour peu que l’on prenne certaines précautions.

Un contexte spécifique de prise en charge thérapeutique

Sont considérées comme âgées les personnes de 75 ans et plus et celles de plus de 65 ans atteintes de polypathologie. Leur effectif correspond en France à 7,2 millions de sujets entre 65 et 74 ans et à un peu plus de 6 millions pour les plus de 75 ans ­selon les données de l’Institut national de la statistique et des études économiques pour 2019, soit globalement 20 % de la population française. En 2016, 5,4 millions de personnes de plus de 65 ans étaient en « affection de longue durée ». Il s’agit d’une ­partie importante et croissante de la population qui représente un ensemble très hétérogène de personnes et une multiplicité de situations. Leur prise en charge thérapeutique intervient dans un contexte où la polypathologie, nécessitant très souvent plusieurs traitements, interfère avec une exposition et une sensibilité accrues aux effets indésirables médicamenteux. En France, la consommation moyenne est de 5 à 7 médicaments par personne après 70 ans, et les personnes âgées reçoivent en moyenne trois fois plus de médicaments que les sujets jeunes.1 Bien que l’âge ne contre-­indique généralement pas un traitement, il en modifie souvent les objectifs et les modalités qui font l’objet de différentes recommandations et référentiels.2-6 Dans ces conditions, la hiérarchisation des maladies à prendre en charge et la coordination entre prescripteurs, pharmacien et soignants sont plus impératives.

Une exposition majorée aux effets indésirables des médicaments

Les personnes âgées ont une susceptibilité accrue aux accidents médicamenteux. Près d’un effet indésirable sur deux est considéré comme évitable, par exemple en adaptant la posologie à la fonction rénale. Près d’un quart des hospitalisations après 80 ans sont liées à une iatrogénie médicamenteuse. De nombreux facteurs contribuent à l’augmentation des effets indésirables médicamenteux : le contexte pathologique et la situation du patient, la prescription médicale, l’administration des médicaments et les caractéristiques pharmacologiques de certains médicaments, de même que les interactions médicamenteuses.7-11 Par ailleurs, les personnes âgées, du fait de la polypathologie et de la polymédication, sont soumises au risque d’une rupture de la continuité des traitements lors d’une admission en établissement de soins, ce qui ­souligne l’importance du partage d’informations.

Quelle démarche pratique pour la prescription ?

Avant de rédiger sa prescription, ­ il convient de se poser systéma­tiquement un certain nombre de ­questions et d’y répondre.

Avant de rédiger la prescription : s’informer sur le patient et ses maladies

Quelle est la maladie à prendre en charge ? Quelles sont les pathologies associées ?

La polypathologie comporte souvent des maladies en cascade comme une anémie par saignement révélée par une décompensation cardiaque. L’absence d’orientation étiologique d’une confusion conduit à n’en traiter que les symptômes et à augmenter les prescriptions médicamenteuses inappropriées. Il faut privilégier ­les maladies à prendre en charge en ­priorité : enjeu vital, retentissement sur la qualité de vie. Le traitement d’un trouble métabolique (diabète, hypercholestérolémie) ou d’un trouble du sommeil doit être envisagé en adaptant l’objectif thérapeutique au risque évolutif de la maladie, au risque iatrogène et à la contrainte pour le malade. Il convient d’évaluer l’état somatique, notamment le poids, l’état nutritionnel et l’hydratation. Un amaigrissement récent traduit une déshydratation et/ou une dénutrition qui imposent des adaptations posologiques. Une insuffisance cardiaque ou une altération de la fonction rénale modifient le métabolisme des médicaments. Un état de fragilité constitue un risque supplémentaire d’accident iatrogène.

Quelles

...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR