Dans cet article

Ce contenu est exclusivement réservé aux abonnés
Pauline, 78 ans, consulte pour la rétraction d’un mamelon qu’elle a depuis l’adolescence. Elle craint une transformation maligne.

Observation

C’est une malformation anatomique assez fréquente. On distingue les anomalies congénitales (3 % des femmes) des inversions acquises, avec 2 possibles aspects : rétraction (une partie seulement du mamelon est rentrée vers l’intérieur) ou invagination de l’ensemble du mamelon.

Ces dernières surviennent typiquement à la puberté : elles correspondent à une variante de la normale attribuée au développement de fibrose entre le mamelon et le parenchyme sous-aréolaire. Elles peuvent toutefois favoriser mastite et complications infectieuses.

Chez la femme adulte, dans la majorité des cas, l’inversion est due à des remaniements inflammatoires sous-jacents (mastite, ectasie galacto-phorique). Cependant, il faut toujours évoquer une atteinte néoplasique en cas d’apparition progressive et de masse retrouvée à la palpation.

Parfois, le mamelon peut être extrait manuellement du plan profond. En cas d’échec, une intervention chirurgicale est requise.
Pour en savoir plus
Geffroy D, Doutriaux-Dumoulins I. Anomalies cliniques de la plaque aréolo-mamelonnaire. J Radiol Diag Interv 2015;96:451-63.