La réalité virtuelle (RV) offre la possibilité de se promener dans des constructions imaginaires. L’utilisateur peut non seulement voir et/ou entendre... mais aussi interagir en utilisant ses sens et ses compétences.1 Il devient acteur d’un univers sensoriel artificiel. L’immersion s’effectue en général par le biais d’un casque de vision stéréoscopique ou visiocasque : écran haute définition placé devant les yeux et couplé à un traqueur de position connecté à un ordinateur.

Comment ça marche ?

Dès 1992, reprenant les principes d’exposition in vivo aux lieux anxiogènes de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), des chercheurs du Virtual Reality Technology Laboratory (Atlanta) la testèrent dans un but psychothérapeutique. Il s’agissait de traiter une patiente souffrant d’aviophobie par exposition à des environnements représentant une cabine d’avion en image de synthèse (figure).2 Le principe : on substitue à la réalité (phobogène, anxiogène ou au contraire apaisante, voire tentante pour l’addiction) des stimulus artificiellement créés et contrôlés dans un environnement virtuel. Cette procédure dite thérapie par exposition à la réalité virtuelle (TERV) vise, à travers la confrontation virtuelle, à l’habituation aux stimulus conditionnels. Elle aboutit à l’extinction de l’angoisse ou de la dépendance tout comme la TCC classique mais dans un environnement plus souple et contrôlable que la réalité. Au cours de l’exposition en RV, le patient peut visualiser la cabine d’un avion en 3D, la conduite sur une autoroute de synthèse, la traversée d’un pont virtuel, un paquet de cigarettes, un chien artificiel ou du sang digital…
Le médecin peut déclencher un événement significatif pour moduler la difficulté de la situation et progresser de façon personnalisée : turbulences subies par l’avion, embouteillage sur l’autoroute, disparition des rambardes du pont, avatar proposant une cigarette, chien agressif, sang texturé devenant rouge vif.

Avantages...

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR