Le 18 novembre, c’est la Journée européenne d’information sur les antibiotiques, inaugurant la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens (18-24 novembre 2020) promue par l’Organisation mondiale de la santé. Dédiés à la prévention de l’usage inapproprié des antibiotiques, ces évènements ont pour but d’encourager le grand public, les professionnels de santé et les décideurs à adopter les meilleures pratiques afin de lutter contre le phénomène croissant – et lourd de conséquences – de l’antiobiorésistance.

L’antibiorésistance n’est pas seulement un sujet d’inquiétude : c’est déjà une pandémie, responsable de plus de 700 000 décès/an. Une rationalisation (prescrire moins et mieux) est essentielle en médecine de ville où 90 % des antibiotiques sont prescrits. Mais dans la vraie vie, distinguer infections virales et bactériennes n’est pas si simple…Dans quelles situations peut-on se passer de l’antibiothérapie sans prendre de risque ? Quelles molécules/durées/posologies selon les dernières recommandations ?  

Relisez nos articles récents sur ce sujet :

Maillet M, Bleibtreu A. Phages : une solution à l’antibiorésistance ? Rev Prat Med Gen 2020;34:210-1.

Cordel H, Némorin M, Bouchaud O. Quand (et pourquoi) ne pas prescrire une antibiothérapie ? Rev Prat 2019;69:475-80.

L’antibiothérapie est-elle encore trop prescrite chez l’enfant ? Entretien vidéo avec le Dr Mathie Lorrot, pédiatre, hôpital Trousseau, Paris.

Rybak A, Grimprel E, Cohen R. Antibiothérapie des infections courantes de l’enfant. Rev Prat 2018;68:7-17.

HAS, SPILF. Prise en charge des infections cutanées bactériennes courantes – Volet 1 (fiche pratique). Rev Prat Med Gen 2019;33:869-70.

HAS, SPILF. Prise en charge des infections cutanées bactériennes courantes – Volet 2 (fiche pratique). Rev Prat Med Gen 2020;34:9-10.

Figures et tableaux