Retrouvez ici les informations pratiques et les données épidémiologiques régulièrement mises à jour. 
Dernière mise à jour :  16 avril 2021

 

Selon les dernières données de Santé publique France (actualisées le 18 avril 2021 à 14h), il y a actuellement :

13 194 nouvelles hospitalisations, au cours des 7 derniers jours, 

– dont 2 980 en soins critiques (service de réanimation, services de soins intensifs, service de soins continus) et parmi elles 2 006 en réanimation ;

29 344confirmés depuis la veille et un taux de positivité des tests de 9,7 %.

12 508 863 personnes ont reçu au moins une dose du vaccin au 17/04/21 ; parmi elles, 4 505 662 ont reçu la deuxième dose.

Lire aussi notre article :

« Vaccination Covid : kit de survie pour le MG »

La Direction générale de la santé a rappelé récemment que les cabinets peuvent rester ouverts pendant les horaires de couvre-feu.  La carte professionnelle des professionnels de santé sert de seul justificatif pour les déplacements. Dans le contexte de recrudescence épidémique et de circulation accrue des variants, de nouvelles consignes d'isolement et dépistage pour les soignants contaminés et cas contacts ont été récemment publiées.

Quelle prise en charge pour les patients sans critères de gravité ?

La Haute Autorité de santé a mis à jour en décembre les recommandations de prise en charge en ville des patients suspectés de Covid-19 :

1. La majorité des patients atteints du Covid-19 relève d’une prise en charge ambulatoire.

2. L’évaluation clinique initiale et de suivi est à effectuer préférentiellement en présentiel.

3. L’examen clinique incluant notamment la mesure de la saturation en O2 confirme ou infirme la décision de la prise en charge ambulatoire.

Pour rappel, les signes de gravité imposant une hospitalisation sont : FR > 30/min, Sp02 < 95 % en air ambiant, pouls > 120/min ; PAS < 90 mmHg ou marbrures ; troubles de la conscience ; altération de l’état général chez le sujet âgé. Il faut appeler le 15 dès qu’un seul de ces critères est rempli.

Les comorbidités et/ou facteurs de risque associés à une progression défavorable de la maladie sont principalement : âge > 65 ans, HTA, pathologies cardiaques, diabète, pathologie respiratoire chronique, insuffisance rénale, cardiaque, cirrhose, antécédents d’AVC ou coronaropathie, chirurgie cardiaque, complications secondaires à une pathologie, immunodépression médicamenteuse (chimiothérapie anticancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive), infection par le VIH non contrôlée ou avec des CDA < 200/mm3, greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques, cancer métastasé, obésité (IMC > 30), grossesse à partir du 3trimestre, entre autres. 

Ces patients peuvent bénéficier du chômage partiel.

4. Chez un patient symptomatique sans signe de gravité :

– Entre J1 et J4 après le début des symptômes : prescrire un test RT-PCR ou antigénique sur prélèvement nasopharyngé. 

Si le test antigénique est positif, considérer le patient comme un cas confirmé et prescrire un test RT-PCR de criblage. 

Si le résultat du test antigénique est négatif et si le patient a 65 ans ou plus et/ou un facteur de risque de forme grave de Covid-19, retester par RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé.

– Entre J5 et J7 après le début des symptômes : prescrire un test RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé qui doit être réalisé au plus vite.

– En cas de négativité ou non réalisation de la PCR, un test sérologique peut être prescrit après J14.

– Si le prélèvement nasopharyngé est difficile ou non réalisable, en raison d’une situation physiologique ou pathologique particulière – jeunes enfants, patients atteints d’hémophilie, entre autres –, prescrire un test RT-PCR ou un test RT-LAMP intégré (système EASYCOV) sur prélèvement salivaire.

5. Si le résultat du test RT-PCR ou antigénique est positif, mettre en place le contact-tracing et la surveillance.

6. Chez une personne contact asymptomatique :

Pour l’ensemble des contacts à risque (contact étroit, par exemple résident au sein du même foyer, ou sans contact étroit), un test de détection antigénique ou un test RT-PCR doit être réalisé immédiatement par prélèvement nasopharyngé, pour réduire au maximum le risque d’exposition avec l’entourage (si positif, suivi d'un test de criblage).

Si le prélèvement nasopharyngé est impossible, réaliser un prélèvement oropharyngé ou salivaire (autorisé depuis début février).

Concernant les tests, lire :

 « Covid-19 : tout ce qu’il faut savoir sur les tests »

« Autotests antigéniques : la panacée ? »

7. La prise en charge globale ambulatoire d’un patient est identique pour les patients en attente du résultat de la RT-PCR, les patients ayant une RT-PCR ou un test antigénique positifs, et ceux à forte suspicion de Covid-19 ayant un test négatif : dans tous ces cas l’isolement est indispensable. 

8. L’isolement de la personne débute en attente du résultat de la RT-PCR, essentiel pour lutter contre la dissémination du virus. Il est de 10 jours dans tous les cas (que la personne soit infectée par un variant d'intérêt ou pas, selon les annonces du 18 février du ministre de la Santé)  :

– à partir du jour du début des symptômes pour les cas suspects, sans attendre les résultats du test ;

– à partir de la date du prélèvement dont le résultat revient positif pour les cas asymptomatiques ;

– à partir du jour du contact avec un cas confirmé pour les personnes-contact, suivi d’un test RT-PCR réalisé au 5e/7e jour d’isolement (celui-ci sera poursuivi si le résultat du test est positif). Si cas contact étroit, réaliser un test 7 jours après la guérison du cas confirmé (soit à J17 : J10+7) et l'isolement sera poursuivi 10 jours si le résultat du test est positif.

La durée de l'isolement est à adapter selon la persistance des symptômes : poursuivre l’isolement du patient pendant 48h après la fin de la fièvre ; celui-ci doit par la suite porter le masque, tout en évitant le contact avec des personnes vulnérables pendant une semaine supplémentaire.

9. Chez un patient symptomatique, mettre en place un traitement symptomatique et une surveillance. Renforcer la surveillance entre J6 et J12 (notamment, chez les personnes de 65 ans et plus et/ou avec un facteur de risque connu).

Il n’y a pas d’indication à une antibiothérapie en dehors d’une infection bactérienne diagnostiquée.

Chez les patients ayant des facteurs de risque d'aggravation (âge > 65 ans, autres facteurs de risque) ou des signes respiratoires, prescrire un oxymètre de pouls. Pour en savoir plus (ordonnance type, rappel des bonnes pratique de mesure pour les patients, etc.) : Covid : prescrire un oxymètre chez les patients à risque d’aggravation !

 

En l’état actuel des connaissances, l’introduction de corticoïdes n’est pas indiquée chez les patients ayant une forme de Covid-19 non oxygéno-requérante : pour ces malades, cet usage des corticoïdes est délétère. Si le patient est traité par corticothérapie au long cours pour une autre pathologie, il faut contacter le médecin prescripteur, mais (sauf cas particulier) ne pas les arrêter.

Une anticoagulation préventive est indiquée chez des patients alités ou à risque thromboembolique (selon les recommandations). Il n’y a pas d’autre indication en l’état actuel des connaissances pour les patients non oxygéno-requérants.

10. Une RT-PCR en prévision d’une visite à une personne à risque de forme grave de Covid-19 n’a pas d’intérêt puisqu’un résultat négatif ne lève pas la nécessité des mesures barrières.

Consulter, pour plus de détails, la fiche « Réponses rapides » de la Haute Autorité de santé, Prise en charge de premier recours des patients suspectés de Covid-19 (mise à jour le 9 mars 2021).

Consulter les mesures mises en place pour répondre à la diffusion des variants. 

Pour la situation exceptionnelle des patients atteints de Covid pris en charge à domicile qui pourraient nécessiter d’une oxygénothérapie, consulter : « Oxygénothérapie à domicile : pour quels malades Covid ? »

Pour la prise en charge du « Covid long » (symptômes persistant plusieurs semaines après l'infection), la HAS a édité des recommandations à destinations des professionnels de ville, avec des fiches sur les principaux symptômes. Consulter : « Covid long : enfin des recos ! »

Lire aussi : « Vaccination Covid : kit de survie pour le MG »

Liens utiles

Vaccin Tracker : combien de de français vaccinés contre la Covid-19 - Covidtracker 

Ministère des Solidarités et de la Santé. Guide de la vaccination pour les médecins, infirmiers et pharmaciens.

Collège de la médecine générale. Coronaclic, toutes les informations utiles pour le médecin généraliste.

COREB mission nationale. Covid-19 – Procédures, avis et recommandations

Haute autorité de santé. Fiches « Réponses rapides Covid-19 » (prise en charge, téléconsultation, maladies chroniques, etc.)

Santé publique France. Coronavirus (Covid-19) (chiffres clés, outils de prévention, etc.)

Ministère des Solidarités et de la Santé. Coronavirus : informations aux professionnels de santé (recommandations de prise en charge, outils et fiches pour vos patients, aides logistiques et psychologiques aux professionnels de santé, etc.)