Une patiente de 35 ans, auxiliaire en crèche, se plaint d’un prurit anal évoluant depuis plusieurs semaines. L’examen de la marge anale montre des érosions cutanées secondaires au grattage ainsi qu’un petit « spaghetti » très mobile (fig. 1).

L’oxyurose est une parasitose intestinale, cosmopolite, fréquente, causée par Enterobius vermicularis, ver rond, blanc, non segmenté, d’environ 10 mm de longueur. Elle est fréquente chez les enfants en collectivité et très contagieuse.
La contamination, strictement interhumaine, se fait par ingestion d’œufs émis dans le milieu extérieur. Leur éclosion libère les larves, qui migrent dans l’intestin grêle pour devenir adultes au niveau du bas-fond cæcal (fig. 2). Seule la femelle franchit ensuite le canal anal pour y pondre ses œufs.
Le patient n’est pas toujours symptomatique, et des vers peuvent être fortuitement découverts lors d’un examen proctologique ou d’une coloscopie. En cas de symptômes, la clinique est dominée par le prurit anal, qui serait dû à la morsure de la peau par le ver et à la sécrétion d’une substance irritante. Des troubles du transit et des douleurs abdominales sont également possibles.
Le diagnostic se fait en visualisant les vers à l’œil nu. S’ils ne sont pas visibles, la recherche des œufs au niveau de la marge anale se fait par « scotch-test », le matin, avant la toilette locale et avant défécation.
Les diagnostics différentiels correspondent aux autres causes de prurit anal : candidose, eczéma, psoriasis, etc.
Le traitement est bien toléré et très efficace. Il consiste en l’administration pour le cas index, voire pour les sujets contacts (ici, notamment, les enfants ayant été pris en charge par la patiente au sein de la crèche où elle travaille), de flubendazole ou d’albendazole (un comprimé suivi d’un second comprimé 1 à 2 semaines plus tard).
La prévention repose sur des règles d’hygiène élémentaire. 

Cette fiche est la 5e de la série « En 2021, parlons d’anus ». Retrouvez la série complète sur www.larevuedupraticien.fr, en allant sur ce lien : https://bit.ly/3qRyIMM
Pour en savoir plus

Picot S. Parasitoses digestives : lambliase, taeniasis, ascaridiose, oxyurose, amibiase, hydatidose. Rev Prat 2013;63: 253-8.
Kang WH, Jee SC. Enterobius vermicularis (Pinworm) Infection. N Engl J Med 2019;381:e1.

Sur le même thème