Monique, 27 ans, consulte car elle a de manière récurrente des lésions vésiculo-croûteuses sur le nez qui provoquent des sensations de brûlure. Très fusionnelle avec sa fille de 6 ans, elle a eu la première éruption lors que cette dernière a eu une chéilite.

Les herpès simplex virus (HSV) sont des virus à ADN pour lesquels l’homme est le seul réservoir. Tandis que HSV-2 est à l’origine surtout d’infections génitales ou anales, le HSV-1 provoque l’herpès orofacial/labial. Sa séroprévalence est de 70 % chez les patients de plus de 18 ans.
La primo-infection est asymptomatique dans la majorité des cas, puis le virus persiste sous une forme latente au niveau des neurones des ganglions sensitifs. Chez un patient donné, la récurrence siège toujours au même site (celui de la primo-infection). La localisation labiale est prépondérante, mais les narines, le menton, la joue peuvent être touchés.
Dans la forme classique, après des prodromes (prurit, sensation de cuisson), une plaque érythémateuse se couvre en quelques heures de vésicules groupées en bouquet et parfois confluentes, qui se rompent pour laisser place à une érosion suintante, puis croûteuse. La guérison est spontanée en 1 à 2 semaines. Pour prévenir les récurrences : valaciclovir 500 mg pendant 6 à 12 mois.

Pour en savoir plus

Courjon J, Demonchy E, Roger PM. Infections à herpès virus du sujet immunocompétent. Partie/Herpès. Rev Prat 2017;67:e-177-181.

Sur le même thème