Le tabagisme en France : une épidémie pédiatrique
Nous sommes au XXIe siècle et vivons dans un monde où la démarche scientifique permet une amélioration de notre état de santé comme jamais l’humanité n’en a vécue : progrès médicaux, sécurité sanitaire, prévention des accidents de toutes sortes (route, vie courante…). Même si des épisodes infectieux ou d’une autre nature viendront encore défier les avancées, la réponse sera scientifique, l’histoire actuelle nous le démontre ! Pourtant, un produit de grande consommation ébranle nos certitudes cartésiennes. Connu de tous, accessible largement, vendu légalement par des représentants de l’État, il tue un consommateur sur deux en toute simplicité (75 000 personnes par an en France, 8 millions dans le monde) et sans que personne ne s’en émeuve ! Ce produit, vous l’aurez compris, c’est le tabac.

Si depuis de récentes années la prévalence du tabagisme baisse de façon significative en France, il faut rester prudent sur la consommation des plus jeunes.

En effet, la prévalence nationale adulte a significativement baissé de 29,4 % en 2015 à 25,4 % en 2018, d’après Santé publique France, mais avec une consommation entre 18 et 24 ans s’établissant à 33,2 % chez les hommes et 28,8 % chez les femmes. Ces prévalences étaient respectivement à plus de 40 % et 30 % en 2015. On peut se féliciter d’une telle évolution, mais elle ne doit pas occulter la réalité de l’entrée dans le tabagisme des plus jeunes. Comme vient de le montrer l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) dans... Lire plus
Nous sommes au XXIe siècle et vivons dans un monde où la démarche scientifique permet une amélioration de notre état de santé comme jamais l’humanité n’en a vécue : progrès médicaux, sécurité sanitaire, prévention des accidents de toutes sortes (route, vie courante…). Même si des épisodes infectieux ou d’une autre nature viendront encore défier les avancées, la réponse sera scientifique, l’histoire actuelle nous le démontre ! Pourtant, un produit de grande consommation ébranle nos certitudes cartésiennes. Connu de tous, accessible largement, vendu légalement par des représentants de l’État, il tue un consommateur sur deux en toute simplicité (75 000 personnes par an en France, 8 millions dans le monde) et sans que personne ne s’en émeuve ! Ce produit, vous l’aurez compris, c’est le tabac.

Si depuis de récentes années la prévalence du tabagisme baisse de façon significative en France, il faut rester prudent sur la consommation des plus jeunes.

En effet, la prévalence nationale adulte a significativement baissé de 29,4 % en 2015 à 25,4 % en 2018, d’après Santé publique France, mais avec une consommation entre 18 et 24 ans s’établissant à 33,2 % chez les hommes et 28,8 % chez les femmes. Ces prévalences étaient respectivement à plus de 40 % et 30 % en 2015. On peut se féliciter d’une telle évolution, mais elle ne doit pas occulter la réalité de l’entrée dans le tabagisme des plus jeunes. Comme vient de le montrer l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) dans une publication récente, l’usage quotidien du tabac chez les lycéens à 16 ans s’établit à 12 % (12 % chez les garçons, 11 % chez les filles). Ce qui place les jeunes Français au 6e rang européen des plus gros consommateurs (sur 35 pays), au même niveau que l’Ukraine, la Géorgie, loin derrière la Bulgarie (22 %) mais aussi très loin devant l’Islande (2 %). En 2015, nous étions à 16 %, mais cette baisse observée est faussement rassurante car non significative, aussi bien chez les garçons que chez les filles. De plus, l’expérimentation du tabac demeure à un niveau élevé : 45 % des jeunes ont essayé la cigarette dans le mois écoulé (10e place européenne). Ces chiffres sont inquiétants car ils constituent l’antichambre du tabagisme quotidien des jeunes adultes. Ne pas les voir baisser significativement est l’assurance de prévalences encore élevées chez les adultes de demain.

L’industrie du tabac connaît depuis longtemps l’importance d’investir sur les jeunes pour la poursuite de son activité : il lui faut remplacer les consommateurs qui meurent ; c’est pourquoi elle adapte en permanence son marketing à cette population et aux contraintes réglementaires. L’interdiction de la publicité, de la vente aux mineurs, le paquet neutre ou l’augmentation des prix sont autant d’armes efficaces pour prévenir la consommation des plus jeunes. Mais les cigarettiers contournent, s’accommodent de ces contraintes. Ils ont compris l’intérêt et la puissance de la communication digitale pour continuer à vendre. Aujourd’hui, il ne s’agit plus de publicité directe, mais d’influenceurs qui valorisent le produit pour entretenir une image positive du tabac et créer les situations qui donnent envie de fumer, ni d’une marque en particulier, mais de placement de produits pour modifier la perception du tabac et de sa pratique par le public. Désormais, les réseaux sociaux sont l’eldorado de l’industrie du tabac ; peu contrôlés, il y est plus facile de brouiller les pistes, notamment pour les adolescents qui sont toujours en recherche d’identification, d’appartenance à un groupe et de rites de passage à l’âge adulte. L’industrie l’a bien compris et leur tend ce miroir, ô combien mortifère !

Au sommaire

Conséquences somatiques de l’exposition au tabac chez l’enfant et l’adolescent

Le tabagisme est la première cause de mortalité évitable dans le monde, du fait de ses conséquences multiples sur la santé physique et mentale. En France, la consommation de tabac parmi les femmes enceintes et les adolescents est importante en comparaison à d’autres pays européens.1, 2 Une des ambitions du Programme national de…

Sevrage tabagique chez la femme enceinte

Le tabagisme actif durant la grossesse est un des rares facteurs de complication de la grossesse évitables. Il peut avoir des retentissements sur le développement du fœtus, de la naissance à l’âge adulte, et sur la santé de la femme.

Entrée des adolescents dans le tabagisme en France

Le tabac tue en France chaque année plus de 75 000 personnes. Parmi elles, une très large majorité a commencé son histoire tabagique dès l’adolescence : 4 fumeurs sur 5 ont commencé à fumer avant 18 ans. L’âge moyen de la première cigarette se situe entre 14 et 15 ans1, et près de 70 % des adolescents qui consomment leur première…

Nouvelles approches et nouveaux modes de prévention du tabagisme chez les adolescents

Une compréhension profonde des mécanismes derrière le tabagisme est nécessaire pour concevoir une prévention pertinente. Cette compréhension relève de nombreuses disciplines, la physiologie, la psychologie, la sociologie, l’économie... Il faut avoir une perspective large allant « du cerveau aux multinationales »1 ou « des neurones…

La prévention du tabagisme par les pairs pour retarder le tabagisme

La prévention par les pairs est une forme de transmission horizontale de l’information entre individus d’une même classe d’âge. Cette action horizontale semble plus efficace qu’une transmission verticale de la part d’adultes ou professionnels de santé vers les jeunes. Et selon Éric Le Grand, sociologue de la santé, la prévention par…

Stratégie de l’industrie du tabac pour recruter de nouveaux et jeunes fumeurs

On ne peut comprendre le tabagisme des jeunes et développer des stratégies de réduction de leur consommation sans prendre en compte les activités des fabricants de tabac et de leurs alliés. Le tabagisme représente en effet l’exemple même d’une épidémie industrielle qui se définit comme les « maladies ou les morts précoces (entre 15…

Enfant, adolescent et tabac : 10 messages clés

1 En prévention, il est indispensable de savoir innover. La reproduction systématique des mêmes approches, des mêmes messages conduit à une forme d’épuisement de leurs effets. Pour réduire ces effets, la mise en place de nouvelles stratégies qui surprennent, interrogent le public cible est nécessaire. La prévention doit ainsi être…

Les messages clés

1 En prévention, il est indispensable de savoir innover

Tous les tableaux et figures du dossier

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR