La crise de 2012 au sujet du risque vasculaire des contraceptions œstroprogestatives a fortement contribué à une perception négative de ces dernières dans les médias et sur les réseaux sociaux. Les récentes études analysant l’évolution de l’utilisation des différents modes contraceptifs des femmes françaises montrent des comportements contrastés avec : d’une part une préférence des utilisatrices pour des contraceptions les plus efficaces et en particulier les contraceptions dites de longues durées d’action ; mais d’autre part un phénomène d’évitement de la contraception hormonale de la part des femmes jeunes (notamment entre 20 et 24 ans) au profit du seul préservatif.

Plusieurs phénomènes ont contribué à ces changements de comportement contraceptif : de profondes modifications des contraceptions hormonales ainsi que le développement de dispositifs intra-utérins adaptés aux différentes anatomies utérines ont permis de faire évoluer le paysage contraceptif français. Enfin, du fait d’une meilleure connaissance des facteurs de risque vasculaire et de l’impact vasculaire différentiel selon les générations de contraceptions hormonales, le choix contraceptif peut être optimisé et adapté individuellement.

À l’occasion de la journée mondiale de la contraception, retour sur ces évolutions et leurs conséquences.

 

 

À lire :

Nobile C. Contraceptions de longue durée : à proposer systématiquement.Rev Prat (en ligne) 10 septembre 2021.

Plu-Bureau G, Raccah-Tebeka B. Évolution des pratiques et des demandes de contraception en France. La demande des femmes a profondément évolué depuis la crise de 2012.Rev Prat 2018;68(4);383-7.

Raccah-Tebeka B, Plu-Bureau G. Contraceptions de longue durée d’action réversibles. Des méthodes à proposer systématiquement, même en première intention.Rev Prat 2018;68(4);387-91.

Raccah-Tebeka B, Plu-Bureau G. Le choix de la première contraception : une étape majeure.Rev Prat 2018;68(4);392-3.

Plu-Bureau G, Hugon-Rodin J, Raccah-Tebeka B. Contraception hormonale et risque vasculaire. Tenir compte du risque individuel de chaque femme et de ses antécédents familiaux.Rev Prat 2018;68(4);394-400.

Plu-Bureau G, Raccah-Tebeka B. Contraception : les 10 messages clés.Rev Prat 2018;68(4);401.

Figures et tableaux