Mélanie, 19 ans, enceinte (34e SA), consulte pour des lésions papuleuses prurigineuses apparues depuis quelques jours sur son abdomen. Initialement de petite taille (< 1 cm), elles forment des placards au niveau du dos et des cuisses.
Cette dermatite – appelée également PUPPP (Pruritic Urticarial Papules and Plaques of Pregnancy) – touche 0,5 à 0,8 % des femmes enceintes, dont la majorité sont primipares (55 à 80 %), principalement au 3e trimestre. L’étiologie est inconnue.
Des papules érythémateuses prurigineuses de petite taille (1-2 mm) apparaissent initialement au niveau de l’abdomen, le plus souvent en regard des vergetures respectant la zone péri-ombilicale. Elles s’étendent ensuite au tronc et aux membres. On observe parfois des lésions vésiculeuses, annulaires ou en cocarde.
L’immunofluorescence cutanée directe (IFD) est indispensable au diagnostic : négative, elle exclut une pemphigoïde prébulleuse débutante ou atypique.
Les manifestations cutanées et le prurit persistent jusqu’à l’accouchement, puis disparaissent spontanément en 1 à 4 semaines.
Le traitement est symptomatique : antihistaminiques (cétirizine), émollients, corticoïdes locaux de classe 2. Une récidive est possible lors d’une grossesse ultérieure (20 % des cas).
Pour en savoir plus
Regnier S. Dermatoses de la grossesse. Rev Prat Med Gen 2008;22:189-93.