Monsieur M., 40 ans, consulte à la suite de l’apparition progressive sur plusieurs mois d’un tremblement des deux mains qui l’invalide lors des mouvements fins notamment au boutonnage de sa chemise ou au rasage. Lorsqu’il parle, ce tremblement est présent également. Il a tendance à être « plus figé physiquement mais aussi psychologiquement », selon son entourage, bien qu’il puisse avoir des sauts d’humeur. « Il tousse parfois durant les repas. Il chute par moments, il peut tomber de n’importe quel côté, comme tout le monde, vous savez », rapporte sa femme.
Question 1 - Au vu de cet interrogatoire, le(s) syndrome(s) clinique(s) que vous évoquez est (sont) :
Pas de déficit moteur, pas d’hyperréflexie ostéotendineuse ni cutanoplantaire.
Tremblement de repos + posture + hypertonie.
Tremblement d’intention + instabilité non latéralisée les yeux ouverts (mais tremblement de repos + akinésie ne rentrent pas dans ce cadre).
Pas de vertige, nystagmus, déviation des index, signe de Romberg labyrinthique.
Pas de démarche talonnante, pas d’évaluation de la pallesthésie ni arthrokinésie pour se prononcer.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Exercez-vous aux ECN avec les dossiers progressifs et les LCA de La Revue du Praticien