Prostate cancer screening in the randomized prostate, lung, colorectal, and ovarian cancer screening trial: mortality results after 13 years of follow-up

Gerald L. Andriole, E. David Crawford, Robert L. Grubb III, Saundra S. Buys, David Chia, Timothy R. Church, Mona N. Fouad, Claudine Isaacs, Paul A. Kvale, Douglas J. Reding, Joel L. Weissfeld, Lance A. Yokochi, Barbara O’Brien, Lawrence R. Ragard, Jonathan D. Clapp, Joshua M. Rathmell, Thomas L. Riley, Ann W. Hsing, Grant Izmirlian, Paul F. Pinsky, Barnett S. Kramer, Anthony B. Miller, John K. Gohagan, Philip C. Prorok; for the PLCO Project Team.

JNCI: Journal of the National Cancer Institute, Volume 104, Issue 2, 18 January 2012, Pages 125-132. doi: 10.1093/jnci/djr500 Published by Oxford University Press 2012.
Question 1 - Que pensez-vous du design de cette étude de dépistage ?
Il s’agit bien d’une étude de dépistage (critère de jugement : mortalité spécifique) et non de diagnostic (critère de jugement : caractéristiques du test : sensibilité, spécificité).
Il s’agit bien sûr d’une étude prospective où l’acquisition des données se fait de manière longitudinale.
Bien évidemment, avec la participation de 10 centres : Birmingham, Denver, Detroit, etc.
La randomisation permet de comparer les deux groupes sur des facteurs connus (facteurs de risque de cancer de la prostate, par exemple) et inconnus. La seule différence est alors l’intervention du test de dépistage.
Chaque centre obtenait un accord annuel par son Institutional Review Board (= comité d’éthique) et un consentement signé était recueilli.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Exercez-vous aux ECN avec les dossiers progressifs et les LCA de La Revue du Praticien