Vous recevez en consultation Mme D., 46 ans, qui s’inquiète car elle a remarqué à la palpation lors de sa toilette une petite masse indurée du sein droit.

Elle se demande si elle n’aurait pas dû déjà faire des mammographies à son âge.

Ses antécédents sont : 

– médicaux : hypertension artérielle (HTA) bien contrôlée sous monothérapie par nicardipine ;

– chirurgicaux : rhumatisme articulaire aigu ayant nécessité un remplacement valvulaire mitral par une valve mécanique pour laquelle la patiente prend des antagonistes de la vitamine K ;

– gynéco-obstétricaux : deux accouchements normaux à terme (G2P2), contraception actuellement par dispositif intra-utérin (DIU) au lévonorgestrel.

– familiaux : aucun.
Question 1 - Quelle(s) affirmation(s) est(sont) vraie(s) ?
Une mammographie de dépistage est préconisée dans le cadre du dépistage général à toute patiente à partir de 50 ans.
Suspicion clinique forte de cancer du sein → arrêt de toute contraception hormonale +++ et ce d’autant plus que la patiente a 46 ans.
Il faut caractériser maintenant la lésion en imagerie et le radiologue décidera selon certains critères d’imagerie (classification ACR) de réaliser une biopsie
Une échographie mammaire est associée à la mammographie pour préciser les caractéristiques et la localisation de l’anomalie, ainsi que la présence d’adénopathies associées.
Cf. indications de l’IRM mammaire.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Une discipline exigeante nécessite une information exigeante

ABONNEZ-VOUS À PARTIR DE 1€ PAR JOUR

Exercez-vous aux ECN avec les dossiers progressifs et les LCA de La Revue du Praticien